Articles avec le tag ‘Allemagne’

Cabanane

Alors qu'en France, le cola ne se mélange qu'avec des alcools forts comme le whisky ou le rhum, nos voisins n'hésitent pas à l'utiliser avec des boissons moins alcoolisées. En Espagne, les jeunes aiment consommer du kalimotxo (ou calimocho), un étrange mélange mi cola mi vin rouge. En Allemagne, c'est avec la bière qu'on le marie, n'importe quel bar vous en proposera. Bien qu'il soit très simple à faire, plusieurs marques proposent ce cocktail directement en bouteille, comme Mixery et Cab qui en font leur produit phare, d'ailleurs Cab signifie tous simplement "Cola and Beer". Au fil des années, ces deux marques ont étoffé leur gamme "panachés" d'autres mélanges tel que bière cerise ou encore bière banane, l'objet de ce test.

Ma Cab Banane au Canada

Lire la suite de cet article »



The One

Il y a quelques temps s'est déroulé ici même une véritable scission des lecteurs de Eat'n Waf : les pro-cornichons d'un coté, qui sont du genre à les manger à même le pot et qui les gardent dans les burgers, menés par votre humble serviteur, et les anti-cornichons, rassemblés sous la bannière de Kephy. La guerre des cornichons n'aura pas lieu, mais voilà un produit du coté des justes qui va donner du grain à moudre.

J'ai envie de cornichons de Spreewald. Tu m'en ramènes ?

Découvert par hasard au KaDeWe à Berlin, un grand magasin possédant un étage dédié à la nourriture avec notamment une impressionnante collection de saucisses, ce produit m'a tout de suite attiré l’œil. Avec sa taille comparable à celle d'une canette de RedBull et sa couleur noir/vert, je pensais avoir affaire à une boisson énergétique originale et salvatrice. Mais ô surprise, cette canette, même si elle contient un peu de liquide, est en fait un snack pour nous les fans de cornichons. Le "Get One !" écrit en gros, prend tout son sens quand on découvre être en présence d'un seul et unique cornichon à manger directement. Vous en rêviez, et bien Spreewaldhof l'a fait.

Lire la suite de cet article »



Pizza de poche

C'est fou ce qu'on peut mettre dans ses poches : des téléphones toujours plus petits, des clés, des stylos, des notes sur des tests de nourriture, des mini-fussoirs, et dorénavant on peut aussi y mettre des Pizzas grâce au Bifi Carazza. Vous allez me dire qu'avant on pouvait aussi ; qui n'a jamais retrouvé une demi part de pizza dans sa poche. Mais de un, ça gâche le goût de la pizza et de deux c'est plutôt incompatible avec les stylos qui fuient.

J’aime la pizza, j’aime les beignets, j’aime les Hot dogs avec une bonne bière !

Pour une fois Bifi innove avec ce snack qui n'a pas une forme de saucisse, mais l'honneur est sauf puisqu'il en contient. L'emballage nous le vend comme snack Pizza, d'ailleurs en Belgique il se nomme directement Bifi Pizza.

Lire la suite de cet article »



Chewing-gum polyglotte

Toujours en quête de nouveautés à tester, Giraf m'avait rapporté de son dernier voyage en Allemagne des chewing-gums sympas, mais destinés à rejoindre la montagne grandissante de produits dont il nous faudra vous parler un jour ou l'autre. Deux semaines plus tard, je trouve dans mon Auchan de nouveaux chewing-gums, qui avaient eux aussi l'air sympas, et que je voulais donc goûter comme tout chewing-gum qui n'a pas encore été mâché par mes soins. C'est en ouvrant le paquet puis en goûtant une des tablettes que j'ai fait le rapprochement, j'avais en main les mêmes chewing-gums bien que les marques (deux sous-marques de Wrigley's) et goûts annoncés diffèrent.

Sobriété allemande contre charme français

Oui, bon, en voyant cette photo, les rabats-joie diront que j'aurais pu m'en rendre compte avant de goûter, mais je plaide la clémence, j'ai tellement de chewing-gums dans mon tiroir, et puis ce n'est pas si évident que ça, non mais ! Puisque le produit est le même, voyons donc qui du teuton Extra Professional ou du Français Freedent Clear donne le plus envie. Lire la suite de cet article »



Mmmm… Donuts

Il était une fois, il y a fort fort longtemps, un être exceptionnel, bien que probablement hollandais, dont l'histoire n'a malheureusement pas retenu le nom. Monsieur X, donc, inventa une pâtisserie frite dans l'huile. Ce gâteau anodin portant le nom barbare d'oliebol devint un classique de la nourriture hollandaise. Puis il traversa un jour l'océan à la conquête du nouveau monde. Pour passer inaperçu, il changea même son nom en Doughnut (ou Donut si vous êtes allergique au "gh" anglais), et évolua différemment de sa famille laissée en Europe. De nos jours, il est tellement bien intégré qu'il est un des dignes représentant de la culture américaine, à tel point qu'on n'imaginerait pas Homer Simpson sans.

De la pâte  à beignets sucrée, une friteuse (voire éventuellement un four) et le tour est joué. Il peut se manger nature, ou avec différents accompagnements : glaçage, vermicelles multicolores, ... Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les donuts ne sont pas tous en forme de tore : il existe des versions sans trou qui, ironiquement, sont fourrées ; en France on a plutôt tendance à parler de beignet dans ce cas-là.

Dunkin Donut, le sanctuaire

Lire la suite de cet article »



Eat my shorts #1

Nombreux sont les produits qui nous passent entre les mains et dans l'estomac, mais ils n'invitent pas tous à une longue prose à leur propos. Afin de ne pas les laisser sur le bord de la route pour autant, nous vous proposerons de temps en temps des articles "vrac" sur ces produits qui méritent tout de même leur quart d'heure de gloire.

Pour inaugurer le concept, faisons dans le sain avec soda, barre chocolatée et snack salé pour bien commencer la journée !

 

Twix au beurre de cacahuète

Deux doigts coupe-faim mais qui ne laissent pas fin à la longue

Nous avons déjà parlé de cette habitude américaine de mettre du beurre de cacahuète dans tout ce qui se mange. Les barres Twix n'échappent pas à la règle et sont maintenant déclinées dans une version Twix PB.

Lire la suite de cet article »



Checkpoint Curry

L'Allemagne est incontestablement le pays de la saucisse. On y compte aujourd'hui plus de 1500 variétés différentes, portant de doux noms tels Bierwurst, Jagdwurst, Mettwurst ... . Chaque land a sa spécialité, par exemple la Weißwurst en Bavière et la Currywurst, qui nous intéresse aujourd'hui, à Berlin. La currywurst n'est pas à proprement parler une variété de saucisse, c'est plus un plat, voire un snack.

Elle fut inventée à Berlin le 4 septembre 1949 par Herta Heuwer. Avec un tel nom de saucisse, elle était vraiment prédestinée à ce genre de création. Une plaque sur la Kaiser-Friedrich-Straße est dédiée à cette création, je n'ai malheureusement jamais pu me recueillir devant cette plaque commémorant la naissance de ce haut monument de la gastronomie allemande. Bien qu'inventée à Berlin, elle s'est répandue comme une trainée de curry dans toute l'Allemagne, et est devenue un grand classique, trouvable dans tous les Imbisses (stands de snack). Un musée lui est même consacré à Berlin, entre ça et la plaque, ça vire presque au culte. Je ne m'étonnerais même de croiser dans cette ville des adeptes d'un grand ordre de la Currywurst, avec des toges couleur ketchup et des chapeaux saucisse.

Plaque commémorative (1)

La recette est on ne peut plus simple : une saucisse coupé en morceaux, arrosée de ketchup ou de sauce tomate et saupoudrée de curry. On la mange généralement avec une petite fourchette en bois et accompagnée de frites et d'une bière. A l'origine la saucisse était une Brühwurst mais la recette n'est pas vraiment figée et de nos jours on trouve de tout : des Bratwürste, des Weißwürste, des Bockwürste, des Knacks de base, ..., avec ou sans boyau, de porc ou de veau, .... Je n'ai malheureusement pas pris l'option saucisse à l'école, et donc j'ai encore du mal avec certaines catégories, et ce malgré mes quelques années de pratiques. Si quelqu'un connaît une bonne encyclopédie de la saucisse allemande, ça m'intéresse. Lire la suite de cet article »



Le retour de la saucisse allemande

Il y a peu je parlais du Bifi Roll, cette saucisse allemande dans un petit pain un peu brioché. Et bien elle est de retour, sans son pain, et elle est furax, la preuve, il y a des flammes sur l'emballage. Petit rappel si vous êtes perdus (et que vous ne voulez pas relire l'excellent article du Bifi Roll). Le Bifi est un petit salami fumé, emballé individuellement et qui se consomme comme snack à toute heure et en tout lieu.

Voici le Bifi Peperoni. Comme son nom et les flammes l'indiquent, c'est un Bifi pimenté. Créée en 1977, cette version pimentée arrive 5 ans après le lancement des Bifi normaux. Son emballage est typique de la marque : orange, avec d'un coté le nom du produit et de l'autre une fausse déchirure de l'emballage et le produit. Contrairement à l'original et au Roll, il n'existe pas en version XL, par contre on trouve un Roll Peperoni.

Le retour de la saucisse allemande ferait un bon titre de film porno

Je vais profiter de ce test pour vous parler aussi d'un disparu de la gamme, le Bifi Energy. Le concept est intéressant : une saucisse énergétique, ça nous change des boissons. Sa composition piment orange guarana n'a semble-t-il pas résisté au marché puisqu'elle n'a plus l'air produite et a disparu du site web officiel. La dernière fois que j'en ai vu c'était en octobre dernier. L'emballage tranche cette fois-ci avec le orange habituel de la marque : du bleu, du rouge, du gris, des éclairs et un gros texte jaune. Ce design est sûrement fait pour séduire les jeunes car cette saucisse est une saucisse de soirée, et non de petit déj, comme le montre son spot publicitaire. Un coup de barre à 2H du mat en boite ? Hop une saucisse. A 1€20 environ les 25g, soit plus cher qu'une Red Bull et deux fois plus cher que les Bifi classiques, elle a vraiment intérêt à être efficace. Remarquez, c'est bien connu que les hommes en boite ne pensent qu'à leur saucisse.

Super saucisse power activé

Lire la suite de cet article »



Saucisse inside

Plus de 45 articles sur ce blog et pas un seul sur les saucisses ? C'est honteux !!! Il me faut vraiment remédier à cette situation. Je vais donc parler d'un de mes petits chouchous, le Bifi Roll. Bifi est une marque de Unilever, présente principalement en Allemagne mais qu'on trouve aussi en Autriche, Belgique, Suisse, ... et même au Royaume-Uni sous le nom Peperami. Elle produit des snacks salés à base de saucisse. Saucisse au sens allemand, donc au sens large, puisqu'il s'agit ici de salami.

Qu'ont-elles de particulier ? Elles sont vendues dans un emballage individuel plastique comme des banales chips ou gâteaux, sont consommables directement, et ne nécessitent pas d'être stockées dans un réfrigérateur. Elles sont donc idéales pour les petites faims et les pique-niques improvisés, elles se consomment comme on mangerait un petit Lu à 11H.

I'm going to hit them with my massive sausage

Le Bifi Roll, qui nous intéresse aujourd'hui, va un peu plus loin et propose un hot dog du pauvre en fourrant sa saucisse dans un petit pain.

Lire la suite de cet article »



Serious Salmiak – First encounter

Avant de commencer les articles sur les nombreux produits au salmiak que nous avons reçus récemment, je dois vous le présenter, ce fameux salmiak. Quoi de mieux pour cela que de vous parler de celui par qui tout à commencé pour moi, le Fisherman's Friend au Salmiak. Si vous me lisez régulièrement, vous avez sans doute remarqué que j'aime beaucoup le piment. Vous pensez que plus il est fort et plus ça me plaît. Ce n'est est pas faux, mais ma soif de force ne s'arrête pas à ce seul aliment. Je m'intéresse aussi beaucoup à la cannelle et la menthe qui peuvent elles aussi être fortes, dans une moindre mesure.

Tout a commencé un beau jour, vers la fin des années 90, alors que j'étais tranquillement installé devant la télévision, quand passa une des premières publicités en France de Fisherman's Friend (peut être pas exactement celle du lien), des pastilles eucalyptus-menthol. On y voyait un homme se balader dans musée et mettre sa tête dans une sculpture en forme de paquet de bonbons. Il était alors aspiré dans le paquet, tombait ou glissait très vite, et un pécheur finissait par lui mettre un coup de poisson, ce qui lui faisait sortir la tête de la sculpture et là le gardien lui tendait des bonbons. Le slogan tombait alors : "Fisherman's Friend it's a bit strong". Cette pub m'a vraiment marqué, dès le premier visionnage j'ai eu envie de les goûter, peut être à cause du style décalé ou du coup de poisson.

Par la suite, je suis devenu accro à ces pastilles très mentholées. Mon grand jeu c'était d'en mettre une sur la langue et de la presser sur mon palais en aspirant en même temps, ce qui augmentait la pression et piquait de plus en plus la langue, un peu comme si elle s'engourdissait. C'était dur de tenir longtemps, mais je tentais à chaque fois de battre mon record. Plus de 10 ans plus tard, ces pastillent ne me semblent plus si fortes.

It's a bit strong

Lire la suite de cet article »



Catégories
Derniers commentaires
Au hasard
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité