Archive pour la catégorie ‘Boisson’

Tintin au pays de l’eau noire

Après les excès des fêtes de fin d'année, rattaquer direct avec un test d'alcool était un peu raide. Alors petite cure detox, on se met à l'eau. Comment ça de toutes façons, je n'ai pas le choix, je suis sous antibio ? Comment vous savez ça, vous, d'ailleurs ? L'eau c'est inodore, mouillé, transparent, avec un goût ... d'eau, dit comme ça, cela n'a pas l'air très palpitant comme test, mais Blk, l'eau testée est noire. Ce qui n'est quand même pas banal.

Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir

Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir

Lire la suite de cet article »



Au bouleau

Arrivé à cette date, tout le monde doit être rentré de vacances, même les deux-trois petits malins qui décalent leur retour pour éviter le cortège de "bonne année" plus ou moins ... pas sincères du tout. C'est pareil pour tout le monde. Même nous on se remet au boulot, ou plutôt au bouleau avec ce premier test de l'année qui porte sur deux alcools islandais au bouleau. La reprise va être dure, surtout demain matin avec la gueule de bois, au moins ça reste dans le domaine forestier.

Le bouleau c'est la santé

Le bouleau c'est la santé

 

Lire la suite de cet article »



La cave à Michel

Une bergerie perdue dans un décor alpin, pas de réseau, des jeux de société qui finissent toujours mal : "Comment tu n'as pas deviné Anne Frank quand je montrais la cheminée ??" et un cellier rempli d'une trentaine de bouteilles d'alcool fort, et nous voilà spéléologues d'un jour, partis à la découverte des merveilles peuplant cette cave providentielle. Une exploration certes périlleuse, entre les limaces fourbes et les appétissantes assiettes de mort-aux-rats bleue, mais amenant de découverte en surprise, entre liqueurs corses, eaux-de-vie alsaciennes et autres petits alcools artisanaux dont certains plus âgés que nous. Nous sommes ressortis de cette caverne d'Ali Baba la mine réjouie et avec 4 bouteilles bien intrigantes : une eau-de-vie d'alisier, une liqueur d'arquebuse, un aquavit nommé Aalborg et une eau-de-vie de céleri.

Moi lolita

Moi lolita

Lire la suite de cet article »



Rafraichissements estivaux … ou pas

Quels sont les pires choix de boissons possibles pour étancher sa soif par un week-end ensoleillé ? Si la boisson au placenta, le café beurre et la bière à l'ail nous viennent tout de suite à l'esprit, le vinaigre arrive aussi en bonne place dans la liste. Autant on l'apprécie dans la salade, autant boire un petit verre de vinaigre qui arrache la gorge nous enchante moyennement. Donc "logiquement", nous sommes revenus du supermarché asiatique avec ... des gourdes de vinaigre à boire ; ou quand la curiosité se mêle au masochisme.

Hmmm le bon vinaigre par 30°C

Hmmm le bon vinaigre par 30°C

Lire la suite de cet article »



C’est poitou les jours qu’on peut se balader dans un marais

Après l'Islande, la Russie, la Thaïlande, Cuba, ... embarquons pour une autre destination hautement exotique... le Poitou. Région ancestrale et mystérieuse abritant le marais Poitevin, zone humide et reculée alimentant toutes les légendes. Les anciens transmettent encore les plus effroyables histoires sur l'indicible horreur qu'il renferme, fruit de l'union contre nature de Shub-Niggurath et d'un ragondin. Ici les gens susurrent encore avec effroi son nom maudit : Sego.

Ph'nglui mglw'nafh Sego Poitou wgah'nagl fhtagn

Ph'nglui mglw'nafh Sego Poitou wgah'nagl fhtagn

Lire la suite de cet article »



Vampires, accordéons et palinca

La Transylvanie n'est pas seulement la patrie de Vlad III  Basarab dit l'Empaleur, héros et inspirateur malgré lui de quantités de gros navets (Dracula Untold ... nos cerveaux sont encore en état de choc), c'est aussi celle de la palinca. Il s'agit d'une eau de vie roumaine, quoi qu'en disent les Hongrois, à base de prunes, de poires ou d'autres fruits. A l'origine, les maramures des régions du nord échangeaient avec le sud du bois et des pommes de terre contre les fruits nécessaires. Nous, personnellement, on aurait gardé les pommes de terre. La palinca est produite dans un cazan, un récipient plus au moins évolué généralement en cuivre, à l'aie d'un four et subit au minimum deux distillations avec un résultat avoisinant les 52%. On la laisse ensuite vieillir, avec le temps la teneur en alcool va descendre et peu à peu l'eau de vie va se parfumer. Les meilleures sont entreposées en fût de bois, ce qui va donner de belles teintes et participer au goût.

Hongrois à tord que ça vient de Hongrie

Hongrois à tord que ça vient de Hongrie

 

Lire la suite de cet article »



Le second effet so WOW

En 2012 nous avions testé SoWOW, une boisson énergétique se démarquant par une recette originale au ginseng, guarana et açaï, plus naturelle, sans taurine ou arômes artificielles, avec un positionnement haut de gamme sans sports extrêmes. Le résultat était plaisant quoiqu'un peu trop sucré, avec un goût fruité agréablement différent des autres energy drinks. Depuis le soda a coulé sous les ponts et la gamme So WOW a évolué, donnant naissance à quatre versions : SuperFruits, Freak'n Hot, Vita' Punch et Mythic Energy.

So quatre (oui ça aurait été plus drôle avec six variétés)

So quatre (oui ça aurait été plus drôle avec six variétés)

Lire la suite de cet article »



L’or du citron

"C'est l'or. Il est l'or, l'or de se réveiller. Mon seignor, il est huit or." De se lever peut être, encore que ..., par contre huit heure, pardon, huit or, c'est un poil tôt pour de la vodka, fusse-t-elle à l'or et au citron. Pourtant c'est bien le test de ce matin : l'Or de Menton, une liqueur de vodka au citron de Menton et aux paillettes d'or de Au Pays du Citron. Cet artisan français a à cœur d'utiliser le citron de Menton, un fruit d'une grande qualité issu du microclimat particulier de Menton, à travers de nombreuses recettes aussi inventives qu'alléchantes.

Boire l'or à défaut de rouler dessus

Boire l'or à défaut de rouler dessus

Lire la suite de cet article »



Ahoy matelot

Ahoj-Brause ne vous dit certainement rien et pourtant cette poudre effervescente est un grand classique outre Rhin. Alors Ahoy matelot, embarquez tous à bord du SMS Brause pour découvrir ce qui fait pétiller la jeunesse allemande depuis 1925. La jeunesse, pas les jeunesses, qui elles avaient d'autres passions, comme obtenir un autographe de leur tonton Adolphe. D'ailleurs vu l'époque on se demande ce que cherchait Theodor Beltle en manipulant acide tartrique et bicarbonate de sodium, mais passons. L'Histoire retiendra surtout la commercialisation en 1930 de cette poudre effervescente sous quatre saveurs : citron, orange, framboise et aspérule. Depuis rien n'a changé ou presque. La recette n'a quasiment pas évoluée, les paquets arborent toujours leur matelot bleu et plus de 80 ans après le paquet de brause-pulver se compose toujours des quatre même parfums. Aussi changeant que les positions d'Angela Merkel. Heureusement que les saveurs à la mode en 1930 n'étaient pas rutabaga, pissenlit ou cornichon de Spreewald ...

 

Un mousse qui mousse

Un mousse qui mousse

Lire la suite de cet article »



Absolut Scorpion – Partie 2

Cet été, pendant que certains barbotaient dans l'eau fraîche, d'autres sombraient irrémédiablement dans la vodka. Non non, pas au sens figuré et d'ailleurs il n'est nul question de grand-tante Gisèle, mais d'un genre d'être venimeux à la peau dure, un scorpion. En mai dernier nous avions tenté de faire notre propre vodka piment avec un piment Trinidad Moruga Scorpion et un véritable scorpion à queue d'or. Face à un des piments les plus forts au monde, le scorpion devait surtout apporter une touche décorative et une bonne association de nom pour une Absolute Scorpion. Un peu comme enduire Carolina d'un piment Carolina Reaper pour faire une Absolut Carolina un détour aux urgences. Après quatre mois à macérer, il est enfin temps de déguster cette boisson virile maison.

Cool ça coule

Cool ça coule

Lire la suite de cet article »



Catégories
Au hasard
Publicité
Archives
  • 2016 (5)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)