Vous avez du à l’ail ?

La Chocoillotte du dernier article mettait déjà la barre très haute niveau improbabilité et mélange contre nature, voici cette semaine la vodka à l'ail noir, une boisson qui va encore plus loin dans le n'importe quoi. Pour la Chocoillotte, on pouvait comprendre les motivations : un positionnement stratégique mi fromage - mi dessert, une volonté d’attirer un nouveau public plus jeune, une ruse pour faire manger du fromage aux enfants grâce à un aspect Danette ... Mais la vodka ail est, elle, une énigme. Qui pourrait acheter cela (à part nous ?) et surtout pourquoi ? Si c'était simplement pour avoir une mauvaise haleine, l'ail de base était amplement suffisant, ou alors un vieux calendos coulant, voire même de la Chocoillotte pour les plus joueurs.

 

A la poursuite de Garlic

 

Cette boisson très atypique est l’œuvre de la Garlic Farm, un petit producteur d'ail anglais de l'île de Wight. En grands consommateurs d'ail, ce n'est pas la première fois que leurs produits croisent notre chemin :

  • nous parlions dans le Wapharnaüm #30 de leur ail éléphant, un bulbe hors norme qui peut atteindre les 500g,
  • le Wapharnaüm #26 présentait leur Vampire's Revenge, un étonnant chutney mêlant prune et ail,
  • dans le même style, il faudra un jour que nous vous parlions de leur très bon chutney date poire ail,
  • le Eat my shorts #16 avec leurs grattons de porc à l'ail,
  • l'article Piment le matin, chagrin ? était dédié aux confitures de piment, dont celle de Garlic Farm, à l'ail évidement,
  • le Wapharnaüm #9, les mayonnaises à l'ail déclinées en versions piment et menthe,
  • et enfin en 2013 nous vous présentions la Garlic Beer.

 

 

La Garlic Beer était dans la même idée que la Garlic Vodka, une boisson alcoolisée parfumée à l'ail. Les différences sont toutefois notables. La Garlic Beer, tout du moins la première version, se contentait d'une simple gousse d'ail blanc en infusion dans la bouteille, là où la vodka ne contient pas de morceau et utilise de l'ail noir, un ail confit par cuisson.

 

Garlic Beer Version 2

Garlic Beer Version 2

 

Cette préparation transforme le bulbe à tous les niveaux. La chair change de texture, la couleur vire au noir profond et le goût lorgne vers le réglisse et le vinaigre balsamique. Le côté ail est de son côté moins agressif que celui de l'ail classique, mais sa saveur n'en est pas moins clairement inhabituelle. Il en résulte ici un liquide noir et un fumet à la fois aillé et sucré. Notons que la Garlic Beer version 2, celle actuellement en vente, remplace l'ail blanc par de l'ail noir et la bouteille ne contient plus de gousse. Le goût est toutefois très commun, limite quelconque, sans commune mesure avec celui de la bière que nous avions testée.

 

Ail noir (1)

 

 

La Garlic Vodka est un produit unique, qui titille les sens. Impossible de la confondre avec une autre. A l’œil déjà, on remarque de suite sa couleur noire encre, profonde en apparence, mais qui à la lumière tire sur le pourpre. Une couleur qui sied parfaitement à la bouteille et son étiquette noire argent, pour un résultat sobre mais classieux. Le toucher est lui un brin huileux. Cette boisson n'est pas très causante, ou alors elle est timide, mais ses arômes eux s'expriment pleinement. L'ail s'y mélange à une odeur plus douce et sucrée, entre le caramel et le réglisse, et l'alcool se fait très discret malgré les 37,5%. Presque alléchant, loin de la brutalité aillée à laquelle on s'attendait. Attention toutefois, l'ail, même accompagné et diminué reste affreusement repoussant pour ceux qui n'apprécient pas ou peu ce condiment.

 

La bouteille paraissait grande à l'achat, mais en fait non

 

En bouche maintenant, le goût surprend. L'odeur nous avait mis sur la piste. On a ici affaire à un mélange de vodka et d'ail avec une fin plus douce et sucrée, presque bonbon, mêlant notamment réglisse, caramel et une touche florale. L'ail se ressent surtout au début avant de revenir en force en arrière goût, remontant le long de la gorge. Si on excepte cette dernière sensation, cette boisson est une agréable surprise, pour qui aime l'ail. Et l'ont comprend finalement mieux pourquoi un tel produit existe, en tout cas plus que la Chocoillotte. Petite précision, nous l'avons testé pure, mais on peut aussi l'utiliser en cocktail par exemple dans un Bloody Mary, sans nécessiter de sauce worcestershire pour relever le goût. A noter pour finir que contrairement aux autres vodka, il est conseillé de la déguster à température ambiante.

 

 

Verdict :

Giraf

 ★★★☆☆ 

Pas convaincu à l'origine, je me suis surpris à apprécier l'odeur puis le goût de cette vodka. Le goût marie à la fois vodka, ail, réglisse et caramel, quatre saveurs que j'apprécie, dans un équilibrage parfait, ou presque. Seul l'arrière goût abrupte et ses remontées d'ail viennent gâcher cette boisson alcoolisée qui mériterait d'être plus connue. Je n'irais pas jusqu'à enchaîner les verres, tant sa présence imbibe les papilles, mais elle mérite tout de même bien un jambon d'argent.

Kephy

 ½☆☆☆☆ 

J'étais sûrement encore moins convaincu que Giraf au départ, la couleur noire donnant tout de suite le ton d'un produit sans concession. Et effectivement, son odeur (que j'ai qualifiée d'ignoble sur le moment) n'a fait aucune concession à mon nez, qui peine encore à s'en remettre. Côté goût, c'est vomitif. Il faut reconnaître que je ne suis pas un grand amateur d'ail, mais bien dosé dans des plats je sais l'apprécier. Ici, c'est simplement beaucoup trop pour mériter mieux qu'un demi jambon de porc.

 

PS : Trouvable sur leur site web, 19£95 la bouteille de 20cl de vodka, soit environ 22€, et 4£25 pour la bière à l'ail (50cl), environ 4€70.

1. Photo par Foodista sous licence Creative Commons CC BY 2.0.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2017 (21)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité