Eat my shorts #12

C'est l'hiver, l'époque des rhumes, grippes  et des avions gelés (nous en reparlerons). Pour les avions, on ne peut rien pour vous, pour le reste voici de quoi vous soigner : du miel pour soulager la gorge, du piment pour se réchauffer et de la bière pour ... heu ... le moral ?

 

Miel de coriandre

 

Il existe quantité de miels différents : acacia, lavande, tilleul, ...  Selon ce que butinent Maya et ses amis, la couleur, la texture et le même goût varient, du plus jaune au marron, des plus liquides aux plus compacts.  Nous avons été intrigué par un miel de coriandre, tant cette plante apporte un goût très particulier en cuisine.

Des Abeilles et des Hommes

Des Abeilles et des Hommes

 

Ce miel est produit en Bulgarie, pays dont on ne connaît que le nom de la capitale et les yaourts (quoi goût bulgare ça ne compte pas ?), et distribué ici par une société française.

Brumlebassen

Brumlebassen

Première remarque, ce miel jaune foncé et mat est incroyablement compact et dur, à tel point que la pauvre cuillère qui a fait sa connaissance à failli ne pas en réchapper. Heureusement il fond dans la bouche. C'est en fait sa seule particularité, car pour le reste il s'agit d'un miel au goût classique, forcement très sucré, avec un goût plutôt doux.

 ★★★☆☆ 

Giraf : Ce miel a beau être bulgare et de coriandre, il est somme toute très classique. Il est un peu décevant face à nos attente, mais bon, et s'en sort avec un jambon d'argent.

 ★★★☆☆ 

Kephy : On aurait pu s'attendre à un miel au goût particulier, mais on a ici un simple et bon miel qui ne présente pas d'intérêt particulier, mais qui mérite tout de même un jambon d'argent.

Trouvable chez Naturalia, 6€75 le pot de 500g.

 

Purée de piment Fatalii de Cajohn's

 

Habituellement, on vous présente les sauces et piments les plus extrêmes, ceux capables de faire fondre la banquise et la plus froide des femmes. Mais aujourd'hui, voici une sauce plus modérée (100 000 à 150 000 SHU, soit au moins de vingt fois plus fort que le Tabasco), une bonne entrée en matière pour les néophytes.

Un fatalio, des fatalii

Un fatalio, des fatalii

La purée de fatalii, un piment jaune d’Afrique du sud, fait partie de la gamme Cajohn's Select, dont toutes les sauces sont en bouteilles décorées du piment concerné. Ainsi, celle en notre possession arbore un beau fatalii jaune et laisse voir un sauce d'un jaune - marron qui change des tons rouges habituels. Purée oblige, la composition est fort simple, du fatalii, du vinaigre plus deux additifs dont de la vitamine C pour la conservation de la couleur.

Pas vraiment fatal(ii)

Pas vraiment fatal(ii)

Côté gustatif, cette sauce est très honorable, elle apporte un bon goût de piment, non fumé, très différent du habanero par exemple, et avec un petit côté légèrement citronné et fruité. Cette purée est suffisamment forte pour la plupart des gens, et son action ne dure pas très longtemps. Sympathique donc, même si on peut lui reprocher un goût trop peu marqué qui a tendance à s'éclipser parfois dans les plats.

 ★★★☆☆ 

Giraf : Cette sauce bien qu'un peu éloignée de mes exigences de forces habituelles, est très bonne bien qu'un peu faiblarde en goût par moment, et mérite un jambon d'argent.

 ★★☆☆☆ 

Kephy : Au contraire de Giraf, j'ai trouvé que cette purée n'avait vraiment pas de goût, et se contentait de brûler la langue, certes moins que certaines sauces testées ici, mais suffisamment pour en être désagréable. On n'est cependant pas au niveau du supplice, et je n'irai donc pas plus bas qu'un jambon de bronze.

Trouvable sur Hot-Headz, 5£99 la bouteille de 148mL, ou sur Sauce Piquante pour 10€10.

 

Damruz, bière à l’hibiscus

 

Les bières aromatisées sont la plupart du temps décevante. Ce noble breuvage qu'est la bière semble rejeter toute forme de mélange, pervertissant son goût et celui de l’arôme, pour ne donner qu'un produit moins bon que chacune des parties. Damruz, la bière à l'hibiscus sera-t-elle une des exceptions ?

Damruz

Hibiscus breton ?

Avant de dévoiler la réponse à cette question hautement intéressante, quelques mots sur cette bière qui titre 5% : artisanale, non filtrée, non pasteurisée, refermentée en bouteille, et bretonne (brasserie An Alarc'h). Au moins trois signes engageants sur quatre, il y a peu être de l'espoir.

Damruz #include

Dernière photo de ce superbe verre #include <beer.h> mort prématurément lors d'une session vaisselle un peu agitée

Et bien ... roulement de tambour ... comme on pouvait s'y attendre ce n'est pas une réussite. L'odeur mélangeant bière et note florale est étrange et peu engageante, rappelant un supermarché chinois pas frais. On reconnaît certes l'hibiscus en bouche mais couplé à la bière, on à l'impression de déguster une bière grenadine gazée au déo de toilettes fraîcheur florale. En plus l'arrière goût est très amer et presque acre. Même la couleur ne colle pas : rouge + bière trouble + levure en fond = rouge marron sale. A éviter donc.

 

 ★½☆☆☆ 

Giraf : Si on met de coté la mort de mon verre préféré, paix à son âme, il reste quand même plein de défauts à cette bière, dont son mauvais goût trop floral et trop amer, ce qui ne mérite guère plus qu'un demi jambon de bronze.

Trouvable en Bretagne et sûrement ailleurs, en bouteille de 33cL.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

2 réponses à “Eat my shorts #12”

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité