Cauchemar en cuisine #1 : pâte de piment

Chez Eat'n Waf, on aime quand c'est fade, quand c'est amer, on aime quand c'est cru, quand c'est cuit, on aime quand c'est brulé, quand c'est congelé ... en d'autres mots, on aime la nourriture, ses couleurs, ses formes, ses mélanges complexes de textures, de saveurs, d'odeurs et aussi son histoire. Comment quelqu'un a bien pu avoir l'idée d'utiliser les restes de grains de café dans des déjections animales ? On aime découvrir et tester des produits de tous types et de tous horizons, mais on aime aussi créer, expérimenter, salir nos cuisines, et nous extasier devant le superbe gâteau glacé merguez speculoos préparé avec amour. Nous avons déjà distillé quelques recettes ça et là sur le blog : nos burgers de concours comme le Au Lit Mc Bean, le Changement d’Heure-ger, le café beurre, le Double Doh-pper ou le curry à la Giraf. Cauchemar en cuisine, notre nouvelle catégorie et l'état de nos cuisines après coup, proposera désormais des recettes, mais attention, pas les grands classiques, d'autres sites font déjà cela très bien, et mieux que nous, mais toujours des recettes, réussies ou non, avec un petit twist ou nos propres créations. Rassurez-vous, ce nouveau type d'article restera rare, c'est pas marqué Marmiton.org en haut hein. Pour bien commencer ma petite recette de pâte de piment, ce qui m'évitera de toujours la chercher quand j'en ai besoin.

 

Cauchemar aux toilettes

Cauchemar aux toilettes

 

 

Temps de préparation : 10 - 15 minutes, puis laisser quelques jours au frigo

Ingrédients pour 1 pot de 400mL :

  • une vingtaine de piments antillais frais (habanero),
  • 6-8 gousses d'ail,
  • 3 cuillères à café de curcuma,
  • 1 cuillère à café de gingembre,
  • 1 cuillère à café de sel de bacon J&D,
  • du poivre,
  • de l'huile,
  • du vinaigre d'alcool,
  • de l'eau.

 

On commence par laver les piments frais, puis on retire les tiges et les nervures un peu dures où elles sont rattachées. Et c'est tout. On garde les piments entier, pas la peine de s’embêter à les décortiquer, tout est comestibles. Chaque partie a son utilité, les membranes blanches internes sont les plus fortes et les graines évitent une pâte trop uniforme. Une fois les piments préparés, on s'occupe de l'ail. On retire les deux extrémités et on épluche. Une des meilleures techniques est de simplement presser l'ail avec la paume et la peau part toute seule.

La puissance du TurboTup

La puissance du TurboTup

 

On hache le tout finement. Personnellement je conseille le TurboTup de Tupperware qui est rapide, efficace, et surtout pas besoin d’électricité. On met les piments et les gousses d'ails entiers, trois coup de tirette et le tour est joué. On peut aussi utiliser un mixeur, mais c'est moins pratique, il a tendance à trop réduire en bouillie.

 

Presque fini

Presque fini

 

A ce stade la recette est presque terminée. On met le tout dans un pot, on ajoute les épices, gingembre, curcuma, quelques tour de moulin à poivre et surtout le sel de bacon. Une merveilleuse poudre qui sublimer la pâte en lui apportant un goût fumé et délicieusement baconné. Un vrai délice. Nous en reparlerons d'ailleurs dans un prochain test. Je ne sale pas, déjà parce que je n'aime pas trop le sel, et en plus le sel de bacon en contient déjà. Ensuite, on rajoute l'huile, le vinaigre blanc et l'eau (en gros 1/3 de chaque) jusqu'à ce que les piments soient bien recouverts. La capsaïcine, composé actif du piment, est liposoluble, et donc l'huile va permettre d'avoir un jus bien piquant. Le vinaigre sert lui à conserver et son acidité va permettre d'attaquer la peau du piment. Personnellement je complète avec de l'eau pour éviter de trop dénaturer le goût avec le vinaigre. On laisse quelques jours au frigo et c'est prêt à être dégusté. Un pot se garde plusieurs mois sans aucun soucis.

 

Bon appétit bien sur

Bon appétit bien sûr

 

Ce qu'il y a de bien avec cette recette, outre le fait qu'elle soit ultra rapide à préparer, c'est qu'on peut la décliner à l'infini. A la place des piments antillais, n'importe quel piment frais convient, ou même des mix de différentes variétés. La recette peut être complétée d'un oignon, d'échalote ou encore d'une carotte. Le vinaigre peut être remplacé par un jus de citron et surtout on peut se lâcher sur les épices et aromates pour varier les plaisirs. Thym, épices pour colombo, épices cajun, ... tout est possible, tout est réalisable, c'est le jeu de la vie.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

Une réponse à “Cauchemar en cuisine #1 : pâte de piment”

Laisser un commentaire

Catégories
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité