Eat my shorts #4

En cette période d'Halloween, Eat'n Waf vous a réservé des produits à vous glacer le sang. Mwhahahahah. Plus qu'une peur bleue, vous allez ressentir une intense peur jaune. Car voici trois terrifiants produits asiatiques. Au programme serpent et scorpion en bouteille, une substance mystérieuse et gluante sûrement trace d'un fantôme et pour finir de la viande séchée de porc qui ... heu, je sais pas moi, disons, ... est périmée ; ça vous fait assez peur ? Bouh ?

 

Alcool de cobra et de scorpion

En matière de décorations d'Halloween les vietnamiens savent y faire. Ils reconstituent des scènes cauchemardesques composées de serpents ou scorpions baignant dans un alcool crasseux. Les lecteurs assidus se souviendront de notre rencontre avec ce genre d'alcool. Cette fois-ci, le cobra s'attaque à un scorpion.

Trick or treat ?

Malgré sa fourberie, ce serpent ne nous promet pas, cette fois-ci, monts et merveilles comme la guérison des rhumes, des amputations de la tête et des problèmes d'impuissance. Pourtant il y avait matière à des arguments vendeurs, le venin de certains scorpions étant connu pour provoquer de fortes érections. Pas d'étiquette donc plus artisanal ? Possible, en tout cas plus propre. L'alcool jaune, un poil rougissant, s'éloigne de l'aspect eau stagnante de l'autre version. A défaut de bonbons peut-être qu'il ne nous jouera pas un mauvais tour.

Jaraté ?

Pour l'essentiel, ce breuvage est très proche du précédent. L'odeur mi-crasse mi-alcool est moins forte mais imprègne tout autant. Donc si vous voulez faire fuir les garnements venus vous réclamer des friandises, vous pouvez toujours laisser la bouteille ouverte. La plus petite gorgée pique étrangement les lèvres et la langue, peut être à cause de l'alcool très fort ou d'un ingrédient qu'il vaut mieux ne pas connaître. Le goût est assez similaire à l'autre mais le petit côté désagréable semble moins prononcé, laissant une plus grande place à l'alcool de riz.

 ★★★½☆ 

Giraf : Les différences avec l'autre version sont assez minimes, on sent plus l'alcool et moins la crasse. Le scorpion semble ne rien apporter au goût. Il gagne donc la même note que son homologue, un demi jambon d'or.

 ★★★½☆ 

Kephy : Cette version est un tantinet au dessus de l'autre. Le cobra est plus joli et plus facilement visible puisque l'alcool est moins trouble. Côté goût, on sent moins cette sensation boisée et râpeuse qui rendait son prédécesseur mauvais. Allons donc pour un demi jambon d'or.

Trouvé au Vietnam et rapporté par Gilles C.

 

Ching Poo Luong

Recouvrir les maisons de papier toilette et les repeindre à coup d'œufs pourris c'est démodé. Cette année, laissez-vous tenter par le Ching Poo Luong en boite. Ce dessert taiwannais de l'entreprise Famous House se présente en effet sous la forme de bouillie grumeleuse, idéal pour jouer un tour à ceux qui refusent de vous donner des bonbons. Farces ou friandises, telle est la loi.

Ching Poo Luong, avec un nom comme ça, le fabricant devrait s'associer avec celui les gâteaux Collon.

Si vous êtes de l'autre coté de la barrière, et que de petits diables sonnent à votre porte, le Ching Poo Luong peut aussi vous sauver, car la cannette représente 20% des AJR en glucides ce qui devrait suffire pour leur faire croire que c'est une sucrerie. Ce dessert est composé de céréales et de légumineuses : orge, graine de lotus, cacahuètes, longans, avoine, riz gluant et soja rouge. Cette composition ainsi que le packaging en cannette avec un couvercle et une cuillère fait de suite penser au dessert taiwannais précédemment testé. Même le goût est assez similaire.

La patapatouille

Les morceaux sont plus gros et font donc un peu moins bouillie, mais pour l'essentiel, ce dessert est très proche de l'autre. Il est cependant moins sucré et sent moins le soja. Chacun des ingrédients à le goût de ce qu'il est et au final on se retrouve avec un dessert très bourratif.

 ★★☆☆☆ 

Giraf : Comme pour le congee, ce dessert n'est pas spécialement mauvais mais donne quand même envie de faire des bétises pour être privé de dessert. Il mérite donc comme son homologue : un jambon de bronze.

 ★½☆☆☆ 

Kephy: Si le congee avait pour lui son goût de lait de soja sucré, le dessert ci-présent n'en garde que les inconvénients en proposant une bouillie certes plus solide, mais pas franchement bonne ni adaptée à une fin de repas, sauf si celui-ci n'était composé que de trois haricots verts. Il serait cependant injuste de lui mettre une note plus basse que celle dont avait hérité son cousin, ce sera donc un demi jambon de bronze.

 ★★☆☆☆ 

Gustarator : C'est mieux que le dessert au lotus. En fait, c'est une (pseudo) réplique de ma boisson favorite dans les restaurants chinois. Reste que ça en est à des années-lumières, épaisseur du jus oblige là encore. Il a d'ailleurs tendance à buller un peu, ce qui n'est pas rassurant quand à l'étanchéité de la conserve. Au final, sa note monte un peu plus haut, au niveau d'un jambon de bronze. On pourra ensuite apprécier un vrai ching po leung à Paris XIII. Je vous déconseille l'inverse.

Trouvable en région parisienne chez Tang Frères, canette de 320g pour environ 1€30.

 

Viande de porc séchée

Les snacks individuels chinois sont parfaits pour Halloween : petits, pas chers et souvent périmés. Car il faut savoir que même dans les magasins en Chine, on trouve beaucoup, et parfois presque exclusivement, des produits périmés. Oh ne faites pas les innocents, vous aussi vous détestez ces hordes de gamins qui viennent sonner à votre porte pour quémander, et leur refiler de la viande séchée périmée est donc jouissif. Manque de pot, l'emballage de ce porc séché ne porte même pas de date de péremption, ce qui gâche une superbe introduction.

La fin tragique de Porcinet

L'emballage ne porte que les mots "Ten Wow", le reste est exclusivement en caractères chinois. Nous avons abandonné l'idée de trouver des informations, car Wow mène à des dizaines milliers de résultats sur le jeu vidéo éponyme.

Une forme méconnue du sucre

Le paquet contient deux fines tranches de porc séché, plutôt souples. Elles dégagent une petite odeur vinaigrée, en plus de l'odeur classique de viande séchée. La viande séchée chinoise a une grosse différence avec son homologue américaine : elle est sucrée. Cette version ne déroge pas à la règle et si on apprécie qu'elle ne soit pas trop grasse, on déplore son goût sucré très prononcé. On peut aussi regretter aussi qu'elle ait un petit arrière goût de peinture ou de blanc correcteur.

 

 ★★☆☆☆ 

Giraf : Je ne suis pas fan du mélange viande séchée et sucre, je préfère de loin les produits plus américains comme ceux de Jack Link's. Tout porc qu'il est, il évite le jambon de porc, et en récolte un en bronze

 ★★☆☆☆ 

Kephy : Difficile de commenter un produit si basique et prévisible. Aucune épice ou autre agrément, ce porc est nu comme un ver et se contente donc de proposer un goût de viande séchée sucrée peu prononcé. Ce n'est pas mauvais, mais ne rien manger aurait donné un résultat comparable. Un petit jambon de bronze pour l'honneur.

Rapporté de Chine par Gilles C.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

5 réponses à “Eat my shorts #4”

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Publicité
Archives
  • 2014 (51)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)