Venu de nulle part, c’est Cobra

Venu de nulle part, c'est Cobra

Plus vif que le serpent, c'est Cobra

Personne ne l'aperçoit, c'est Cobra

Mais il est toujours là, c'est Cobra

Tiens il pleut, je devrais peut-être arrêter de chanter et me mettre à vous parler d'un produit assez particulier. Quoiqu'avec les menaces de sécheresse pour cet été, je peux peut-être faire carrière. Pourquoi cette chanson que seuls les nostalgiques reconnaîtront, me direz-vous ? Et bien le produit que nous avons testé est du "vin" de serpent, un alcool de riz dans lequel macère un serpent, et dans notre cas un cobra. Certains mettent de l'herbe dans les bouteilles de vodka, d'autres des serpents, chacun sa passion.

Pas de cobra, pas de chocolat

Cadeau pour la fête des belles mères

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Venu de nulle part, c'est Cobra", presque, ce produit nous vient d'un obscur coin paumé du Vietnam, le pays qui a inventé cette bizarrerie plus destinée aux touristes qu'aux locaux. On en trouve néanmoins aussi dans d'autres pays, comme la Thaïlande. C'est d'ailleurs le site Thailand unique qui nous a donné envie d'en tester. Ils ont de magnifiques bouteilles d'alcool comme celle dans laquelle flotte un scolopendre géant, très joli pour décorer votre chez vous. Malheureusement ils ne vendent plus de liquide pour cause de restrictions d'envoi.

"Plus vif que le serpent, c'est Cobra", ... il n'a pas vraiment l'air vif, je l'ai bien regardé 10 minutes sans qu'il ne bouge. Mais peut-être qu'il fait semblant d'être mort, les serpents sont fourbes c'est bien connu.

"Personne ne l'aperçoit, c'est Cobra", perdu, il se voit très bien. Une bouteille n'est pas le meilleur endroit pour se cacher quand on a cette taille, bien qu'une branche d'un végétal quelconque, plus pour faire décor qu'autre chose, soit présente. Le cobra a dans sa gueule un autre serpent, plus petit, de couleur verte. Ce dernier est un peu mieux caché puisqu'on n'a pas réussi à voir sa tête.

"Mais il est toujours là, c'est Cobra" : 1, 2, 3, Soleil, il est toujours là... 1, 2, 3, Soleil, il n'a pas bougé. Je crois qu'il n'a pas compris le principe de ce jeu.

Plus fort que monsieur Cissé

A voir l'étiquette on en vient à se demander si cet alcool est vraiment censé être bu ou si c'est un médicament. Une des étiquettes donne la posologie, un à deux petits verres par jour avant le repas, et l'autre indique que ce breuvage soigne un grand nombre de maux. Cela va du traitement des rhumatismes aux problèmes de sénilité précoce en passant par les problèmes d'érection et les éjaculations précoces mais seulement la nuit. Si vous avez des problèmes de cartes de France avec votre ado, donnez-lui la bonne potion du Dr Cobra. On s'attend presque à lire que ce breuvage fait revenir l'être aimé en 15 jours et fuir les belles mères en 15 secondes.

En tous cas avec une liste aussi impressionnante ça devrait être remboursé par la sécu. A moins que ça ne soit celle des effets secondaires : ce produit vient d'une obscure contrée, on ne sait même pas si les serpents ont encore leur venin, bien qu'il soit normalement neutralisé par l'alcool. Entre les serpents, l'herbe et le liquide trouble, on s'interroge un peu sur l'aspect hygiène du produit. Quand on secoue la bouteille c'est même pire, le liquide devient aussi clair et propre que l'eau croupie de marécage. Pour l'instant on est toujours vivants et nos problèmes d'éjaculation nocturnes semblent réglés, c'est miraculeux !

On vous avait dit de ne pas secouer

A priori ça ne soigne pas la cataracte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On nous avait prévenu que le goût était mauvais et encore pire quand on secoue, alors forcément on l'a fait. Une fois la bouteille ouverte, le cobra ne tente même pas de fuir par contre une odeur assez forte se répand. Ça sent l'alcool mais surtout le smegma (ou le pénis mal lavé si vous ne connaissez pas ce mot). Mmmmm la bonne odeur de crasse. Elle reste très longtemps, même après avoir refermée la bouteille et fini les verres. Le liquide est jaune urine, trouble et avec des particules en suspension. Pour le goût, on sent avant tout que c'est un alcool fort. On ne connait pas le degré mais je dirais que ça titre dans les 40. L'alcool est âpre, voire même terreux, mais moins que d'autres alcool que j'ai déjà goûtés, comme un certain alcool de pomme de terre au Japon. Ce breuvage picote aussi la langue, serait-ce un reste de venin ? Au final, on ne peut pas dire que c'est mauvais, on sent bien plus l'alcool qu'autre chose.

Reste une grande question : une fois la bouteille finie, que fait-on du serpent ? On le mange ?

 

Verdict :

Giraf

 ★★★½☆ 

Ce produit est vraiment classe, je l'imaginerais très bien en décoration avec une ampoule derrière. Mais n'allez pas croire pour autant qu'il est mauvais. Le goût est très acceptable, et je ne refuserai pas d'en boire de temps en temps surtout si ça a autant d'effets qu'indiqué. Son seul point faible est donc son odeur qui est plutôt mauvaise et a embaumé longtemps mon bureau. Un demi jambon d'or pour notre petit cobra.

Kephy

 ★★★½☆ 

On a longtemps entendu parler de ce "vin de cobra" avant d'en voir enfin la couleur. On nous avait dit que c'était très mauvais, qu'on arriverait pas à en boire un petit verre, bref, on se devait de tester cet alcool. Mais une fois devant la bouteille, le courage en prend un coup... Il est quand même très vrai et pas si petit, ce cobra. Et si son venin était encore actif ? Bah, de toute façon, l'hôpital est à deux pas.

N'étant pas un grand amateur de zoo, je n'avais jamais approché un serpent d'aussi près, si on fait abstraction de ceux écrasés sur la route. Force est de reconnaître qu'il a la classe, un vrai Georges Abitbol ! En ouvrant la bouteille, on sent bien l'alcool, mais contrairement à Giraf, j'ai d'abord trouvé l'odeur parfumée, fruitée, un peu comme un Beaumes de Venise. Cependant, une fois passée cette première senteur, on retrouve effectivement une émanation ressemblant à s'y méprendre à celle du smegma...

Une fois en bouche, on voit que c'est vraiment un alcool fort qui enrobe la langue. Le goût est rance, mais se mêle à une sensation de fraîcheur. On ne peut pas dire que ce soit bon, mais ce n'est pas aussi affreux que ce qu'on nous avait laissé entendre. J'ai même trouvé ça meilleur qu'un Whisky standard, que je ne porte certes pas en haute estime.

En mettant l'aspect insolite et vraiment classe de cette bouteille d'un côté de la balance, et le goût et l'odeur de l'autre, on arrive tout de même à un demi jambon d'or !

 

PS : Trouvable au Vietnam et en Thaïlande, merci à Gilles C. pour cette bouteille.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

12 réponses à “Venu de nulle part, c’est Cobra”

  • Yann:

    Bravo! il en faut du courage

  • Eleys:

    Si je puis me permettre un conseil aux touristes visitant le Vietnam et rêvassant devant ce fameux alcool de serpent… Ne l’achetez pas. Les touristes prêts à payer à prix d’or ce produit « exotique » étant fort nombreux, le trafic de serpents venimeux est devenu un danger pour la faune locale.
    Certains vous diront que les serpents utilisés viennent de fermes de serpents. Quelque soit la véracité de ces propos, le cobra est une espèce en danger et protégée. Personnellement, je ne crois pas qu’on puisse sauver toutes les espèces en danger, mais ce n’est pas une bonne raison pour participer à leur extinction…

    Voilà, c’était la minute pas drôle du jour.

  • PK:

    « comme un certain alcool de pomme de terre au Japon » toi tu essayes de me prendre par les sentiments

  • Pauv’ p’tit serpent… Mais que fait la SPA?!

  • ghu:

    et jambon de diamant pour cet article !

  • […] de serpents ou scorpions baignant dans un alcool crasseux. Les lecteurs assidus se souviendront de notre rencontre avec ce genre d'alcool. Cette fois-ci, le cobra s'attaque à un scorpion. Trick or treat […]

  • asianguyensingle:

    Salut, moi j’ai trouvé une bouteille pour mon grand père (vietnamien) sur ce site si ça vous intéresse:
    http://www.asian-snake-wine.com

    Mais j’avoue que je n’ai jamais gouté !!!

  • Marie:

    Quand la bouteille vous aurez fini la bouteille, vous nous direz qu’est ce qu’est devenue Georges Abitbol ?

  • […] et laissés ainsi au fond de la bouteille, c'est quand même plus soft que les alcools avec serpents, scorpions ou […]

  • Cyriane:

    Je suis en train de lire vos articles à partir de la dernière page. un petit moment et hop, un article en mangeant des glaces, même si j’évite de le faire car j’en ai recraché plusieurs par le nez tellement je rie.
    je me pose une question existentielle : qu’avez-vous fait du serpent? mangé? poubelle? enterré dans sa bouteille?

    • La bouteille était malheureusement un prêt d’un collègue. On est sans nouvelle du serpent et du collègue aussi d’ailleurs.

      Nous avons aucune idée quand à la comestibilité de la bête.

Laisser un commentaire

Catégories
Archives
  • 2018 (10)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité