Eat my shorts #14

Ce qu'il y a de bien avec novembre, c'est qu'on peut enchaîner sucreries et gâteaux sans faire trop attention, les stocks hivernaux auront bien le temps de fondre avant d'exposer nos petits corps aux douces caresses du soleil. Voici donc une petite sélection 100% sucre de snacks venus d'Asie : carottes, bière en poudre et ramens. Quoi on est fin mai ? Vous êtes sûr ?

 

Carottes au sucre

 

On commence par un snack qui se vautre dans le paradoxe tel un cochon dans la boue. Il cumule un des aliments les plus sains qui soient, les carottes, avec une bonne grosse dose de sucre. Il fera la joie de celles et ceux qui veulent se donner bonne conscience : "Non mais j'ai le droit, sur le livre ils disent qu'on peut manger des carottes à volonté".

C'est rapé pour manger sainement

C'est rapé pour manger sainement

Même sans voir ou comprendre le "Gung hei fat choi" (un équivalent de bonne année en mandarin) sur le paquet, on ne peut se méprendre sur les origines de ces carottes perverties. Fleurs, banderole, pétards et pièce trouée, tout nous ramène à la Chine et à son nouvel an.

Non, ce n'est pas de la moisissure

Non, ce n'est pas de la moisissure

Les rondelles varient entre 3 et 5cm, on a affaire à de la carotte de compétition. Elles sont un peu dures mais pas totalement, la couche extérieure est plus tendre, plus molle, comme confite. Pas de surprise en bouche, on retrouve bien le sucre et la carotte. Les carottes utilisées ne sont pas les meilleures et sur les grosses l'intérieur a un goût de racine, un peu acre. Le sucre combiné à la carotte rend presque bien, et rappelle un peu les morceaux de papayes séchés des mélanges apéros. Mais le sucre est tellement présent qu'on peut difficilement manger plus d'une rondelle et encore.

 

 ★★★☆☆ 

Giraf : Pas le snack de l'année, mais le goût change et est plutôt bon dans son ensemble, ce qui mérite un jambon d'argent.

 ★★☆☆☆ 

Kephy : Un concept étrange, une consistance étrange, confite tout en laissant sentir les fibres de la carotte, un goût étrange qui passe par plusieurs saveurs différentes, le tout pour un résultat mauvais, d'autant plus pour moi qui n'aime pas la carotte crue. Ce sera donc un étrange jambon de bronze.

Trouvable chez Paris Store, 1€.5 le paquet de 150g (marque Wing Man).

 

Bière en poudre

 

La bière en poudre, le monde entier en rêvait, les japonais l'ont fait ! Imaginez un monde où l'on pourrait stocker dans un espace réduit une énorme quantité de bière comme réserve post-apocalypse zombie ? Un peu d'eau et hop, une bière prête en un clin d’œil. De plus, une poudre pourrait être utilisée dans des plats ou ingurgitée telle quelle, évitant alors de passer son temps à vider sa vessie, le gros inconvénient de la bière. Voilà tout ce qui nous est passé par la tête quand on nous a offert ce petit sachet. Mais on a très vite déchanté.

Le rêve de l'humanité enfin à porté de chope ?

Le rêve de l'humanité enfin à porté de chope ?

La décoration du sachet nous a vite mis la puce à l'oreille, le personnage venu tout droit de Fukushima avec son bras de deux mètres et son pouce non opposable a beau avoir l'air grisé, il semble que ce soit un enfant. Bye bye alcool donc. Les japonais auraient-ils inventé la bière en poudre sans alcool ? Non, rassurons-nous, ils ne sont pas aussi sadiques. Les ingrédients nous confirment qu'il s'agit d'une sorte poudre de soda sucré (glucose et édulcorant) arôme bière (extrait de malt).

Cette poudre fait même grossir le verre !

Cette poudre fait même grossir le verre !

L'utilisation est on ne peut plus simple, il suffit de verser les 14g de poudre dans un verre et ajouter 12cL d'eau, de préférence fraîche et en à peine le temps qu'il faut pour dire "écou enfin pfoulala"  c'est prêt. Dommage qu'on ait eu qu'un seul sachet, on aurait bien tenté tout un tas de liquides en remplacement de l'eau : bière, vodka, jus de pomme, café, ...

La poudre va dans le verre pas dans le nez

La poudre va dans le verre pas dans le nez

A gauche, la poudre se dissout, à droite résultat final

A gauche, la poudre se dissout, à droite résultat final

Du fait de la poudre effervescente, la boisson est finement pétillante et a un petit panache de mousse, ce qui renforce le côté bière. La couleur est aussi bien imitée, quoiqu'un peu palote. A ce stade, on aurait du s’arrêter et rester sur cette une bonne impression. L'odeur très sucrée la trahit, ça sent le jus de poire, on est très loin de la bière. Au goût aussi on s'en éloigne. On a affaire à un goût mélangeant bonbons en sucre des colliers de bonbons à de la poire et à un soupçon d'eau de vaisselle, avec aussi, il est vrai une note maltée. Pas génial mais pas imbuvable non plus.

 

 ★★☆☆☆ 

Giraf : Je ne suis pas très fan de cette boisson. Elle est chargée de déception et de pas d’amertume face à mes attentes et son goût n'invite pas vraiment à en reboire. Je ne monterai pas au dessus du jambon de bronze.

 ★★★½☆ 

Kephy : Une poudre à l'odeur de collier de bonbons ne laisse que peu de doute sur la parenté éloignée avec la bière. Mais qu'importe, une boisson à l'aspect de bière, à l'odeur de poiré et au goût doux et sucré ne peut avoir que mes faveurs, et un demi jambon d'or en prime.

Rapporté du Japon par Ingrid et Denis, merci à eux.

 

Star Popeye

 

Popeye est une arnaque. Ce marin débonnaire aux gros biscotos a traumatisé des générations de gamins en leur faisant manger des épinards sous le prétexte fallacieux que les épinards ça rend fort et que c'est plein de fer. Heureusement Popeye ne fait plus de mal dans nos contrées, et je ne suis même pas sûr que les nouvelles générations le connaissent. Tout le monde n'a cependant pas notre chance, il semble encore avoir la cote en Corée du Sud, d'où nous vient le snack Star Popeye.

Mais où est passé Mimosa ?

Mais où est passé Mimosa ?

Les Star Popeye sont des ramens (nouilles) sautés sucrés avec des "bonbons en forme d'étoile". En forme d'étoile c'est vite dit, elles ont plutôt des formes de boules boursouflées ou à la limite de moutons de poussière. On note aussi la présence de poudre de noix de muscade et cannelle pour le goût. Elles ne contiennent ni fer (enfin si, 1% des AJR par paquet), ni épinard. Quel rapport avec Popeye alors ? Ce cas de Corée me turlupine. Peut-être que Popeye est super populaire en Corée, ou qu'on veut faire croire que les ramens rendent fort ou encore qu'un snack quelconque se vendra mieux si on lui colle une image célèbre surtout si elle ne nous coûte rien car dans le domaine public.

Quelques grammes de sucre dans un monde de nouilles

Quelques grammes de sucre dans un monde de nouilles

Ce snack mélange quelques trop rares boules de pur sucre à des nouilles peu sucrées au goût oscillant entre gâteaux secs et gressins avec un très léger parfum cannelle et un petit goût dérangeant façon peinture. Les deux ensembles donnent un résultat très sucré et mangeable si on n'a rien d'autre sous la main, bien plus acceptable qu'un autre snack de nouilles que nous avions goûté.

 

 ★★½☆☆ 

Giraf : Un snack ni bon ni mauvais dont le goût de nouilles sucrées surprend. Ce paquet ne m'a par contre pas rendu plus fort, la preuve j'arrive tout juste à soulever un demi jambon d'argent.

 ★★½☆☆ 

Kephy : Les snacks asiatiques ont une fâcheuse tendance à avoir une odeur d'hydrocarbures, c'est à se demander si la liste des ingrédients est bien complète... Les nouilles ont un goût de gâteau sec sans intérêt, légèrement rehaussé lorsqu'elles sont mangées en même temps qu'une boule de sucre. Le résultat reste quand même sans prétention et ne pèse pas plus qu'un demi jambon d'argent dans la balance.

Trouvable au K-Mart, rue St Anne (Paris), 0€74 le paquet de 65g (marque Samyang Food)

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

3 réponses à “Eat my shorts #14”

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité