Ni de saison, Niederegger

Mon périple actuel en Inde me fait découvrir une richesse culinaire incroyable, pleine de saveur et de couleurs.
Je ne manquerai pas d'y revenir dans une série d'articles épicés à souhait mais pour l'heure, comme les indiens consomment des masses de pains (naan, chapati, paratha, ...) nous allons naturellement parler de massepains ... allemands. Oui ça valait le coup de faire plus de 6500 km rien que pour faire ce jeu de mot.

Indien vaut mieux que 4 massepains ?

Indien vaut mieux que 4 massepains ?

 

Nous avons déjà fait un long article sur le sujet en mars 2014 sur les massepains allemands ou marzipan, et plus particulièrement ceux de Niederegger, un des grands noms du domaine. Si vous ne l'avez pas lu, allez-y, nous vous attendons sagement ici. ... .... C'est bon ? Bien. Après le test de pas moins de 17 versions et avoir englouti 2kg de pâte d'amande et de chocolat, nous avons gouté cette fois-ci aux nouveautés 2015 et des versions qui nous avaient échappées jusque là :

  • noix / rhum croquant en format barre de 40g, entourée de chocolat au lait,
  • noix de cajou, chocolat au lait, nouveauté 2015, en pain de 125g,
  • canneberge, chocolat noir, nouveauté 2015, en pain de 75g,
  • édition de Noël, parfum spéculoos, éclats de noisette, chocolat au lait, en pain de 125g.

Malheureusement juste après avoir terminé notre petit séance de dégustation, une nouveauté 2016 diablement alléchante est sortie : cheesecake, chocolat au lait. Cela va nous obliger, bien malgré nous, à refaire une commande ...

Une variété pas à la noix

Une variété pas à la noix

 

La première version est une pâte d'amande imbibée de rhum, aux éclats de noix et enrobée de chocolat au lait, sous forme d'un stick de 21cm. Ce format impose un ratio chocolat / pâte d'amande différent des pains ou des minis, au profit du chocolat. Le goût est donc plus chocolaté que d'habitude, mais d'une part le chocolat utilisé est bon et d'autre part, il est bien compensé par le rhum et la noix présents dans la pâte. Les noix apportent aussi un peu de croquant à la recette et le rhum, bien dosé, est présent mais pas trop. Au final, cette version est relativement simple mais réussie.

 

Une variété pas à la noix (bis)

Une variété pas à la noix (bis)

 

Enchainons avec la seconde variété, aux noix de cajou. Plus d'alcool cette fois-ci et retour au format classique en pain, laissant moins d'influence au chocolat. Quand on commence à taper dans un paquet de noix de cajou, impossible de ne pas le finir, pareil pour les massepains Niederegger. Du coup sur le papier cette recette a de quoi faire baver. Et bien la réalité s'avère au delà de toutes nos espérances. Une friandise incroyablement fondante, avec des petits éclats croquants, moins amande et plus digeste qu'à l'habitude, un goût très cajou complété à merveille par un chocolat au lait fin. Une perfection digne du suprême jambon de platine, aussi bonne qu'addictive.

 

Une variété vraiment pas à la noix (si si, il n'y a pas de noix dedans, enfin sauf des amandes ...)

Une variété vraiment pas à la noix (si si, il n'y a pas de noix dedans, enfin sauf des amandes ...)

 

Impossible de faire mieux que les noix de cajou, mais la recette suivante tente d'apporter un peu de fraicheur et de légèreté avec de la canneberge. Une couche de gelée est intercalée au dessus entre la pâte d'amande et le chocolat noir, ce qui rend moins simple la découpe. Bon, on peut toujours essayer de fourrer tout dans la bouche mais ce petit pain est tout de même massif. Niveau bons côtés, notons le retour du combo pâte d'amande / chocolat noir qui a fait ses preuves depuis longtemps, la canneberge qui parfume bien l'ensemble et donne l'impression d'être un peu alcoolisée. De l'autre côté, si le goût est au rendez-vous, la gelée est un peu trop sucrée et surtout la texture pâtit de cet intrus. Avec une gelée gluante, le chocolat fini inévitablement collant et pire, elle imbibe la pâte d'amande, qui n'avait rien demandée.

 

Un Noël à la noix

Un Noël à la noix

 

Finissons avec Noël, une fête qui arrive à grands pas, le 14 février (ou presque), avec le Weihnachtsbrot Spekulatius, pain de Noël au spéculoos. Pour son massepain de Noël, Lindt misait sur l'orange, les épices et le mélange de deux chocolats, Niederegger préfère tourner sa recette autour de la cannelle, la plus Noël des épices, avec du spéculoos, quelques noisettes et du chocolat au lait. En grands fans de cannelle, cette recette ne peut que réjouir nos narines et nos papilles. L'odeur évoque irrémédiablement Noël, et le goût, un poil piquant, est vraiment très cannelle. Le choco au lait se marie très bien avec et adoucit un peu cette friandise. Seules les noisettes déçoivent, et feraient de la figuration si elles n'apportaient un timide croquant par moment.

 

Verdict :

Giraf

 ★★★★½ 

Les versions cajou et speculoos sont merveilleuses, presque meilleures que la recette originale classique mais délicieuse pâte d'amande choco noir. Rhum noix est elle aussi très bonne mais gagnerait à être en format mini ou pain. La canneberge part contre est moins convaincante, un cran au dessus des autres versions et de ce que fait Niederegger en général. L'ensemble mérite un demi jambon de platine, et un petit régime pour se remettre de ce test.

Kephy

 ★★★½☆ 

Contrairement à Giraf, et malgré ma profonde affection pour la noix de cajou, j'ai trouvé cette variété peu intéressante, avec un goût de cajou inexistant. Ma préférence va aux versions rhum noix et Noël, aux saveurs plus marquées et agréables. La version cranberry n'en a pas le goût, mais reste également agréable à manger. Il faut malgré tout reconnaître qu'on mangerait bien ces cochonneries à la pelle, ce qui mérite un demi jambon d'or.

 

PS : Trouvables chez WorldOfSweets, 1€ le stick rhum noix de 40g, 3€10 le pain de 125g noix de cajou, 2€40 le pain de 75g cranberry, et 3€10 le pain de 125g speculoos de Noël.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

Laisser un commentaire

Catégories
Archives
  • 2018 (16)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité