Hot n’Sweet

Les vers à soie du dernier article ont laissé un très mauvais souvenir dans nos bouches et nos esprits. Il nous faut quelque chose au goût puissant et si possible avec de l'alcool pour oublier. Heureuse coïncidence, nous avons justement en réserve deux bouteilles d'alcool de poivre turc. Le monde est bien fait, surtout qu'à l'origine je devais rapporter de mon petit passage en Suède et au Danemark, du surströmming, le hareng de la Baltique fermenté réputé pour réveiller les morts rien qu'à son odeur. N'en ayant pas trouvé je me suis rabattu sur la jolie bouteille bleue d'alcool, après avoir longtemps hésité avec une anguille noire congelée de 80cm de long. Longue et dure, une arme idéale pour un détournement d'avion, d'autant plus qu'elle avait l'air aiguisée, mais ce sextoy pisciphile risquait de dégeler et d'arriver à Paris en mode lasso.

Vermifuge danois

Vermifuge danois

Le poivre turc est un bonbon typiquement scandinave, très populaire dans les pays nordiques ainsi qu'en Allemagne. Si la paternité de cette sucrerie revient à l’entreprise finlandaise Fazer, une multitude d'autres marques en produisent dorénavant que cela soit en Suède comme ACT, en Norvège, en Finlande ou au Danemark. Ces bonbons sont constitués de salmiak (réglisse salé au chlorure d'ammonium) poivré, et ont souvent un cœur rempli d'une pâte ou d'un liquide noirâtre poivré au réglisse. Le résultat est très particulier, qui provoque des réactions sans demi mesure, soit on déteste soit comme nous, on adore. Nous ne saurons que trop vous conseiller de lire notre test de deux versions différentes le tout sur un ring en chorizo.

A ma gauche le challenger danois face au champion en titre, le finlandais Fazer

Le challenger danois face au champion en titre, le finlandais Fazer

L'alcool de poivre turc est simplement un cocktail mélangeant ces bonbons à de la vodka. Si on le trouve en bouteille déjà tout près, on peut aussi très bien le faire soi-même en laissant macérer les bonbons quelques heures dans de la vodka. Cette spécialité danoise, ou finlandaise selon l'interlocuteur, se boit fraîche et semble conçue dans le but de masquer le haut taux d'alcool par un goût très sucré et fort en réglisse. Ça sent l'invention d'étudiants fourbes voulant faire boire leurs copines. Côté Finlande, on trouve le Koskenkorva Salmiakki (32%) et pour le Danemark, le Hot n'Sweet (32%) utilisant les bonbons originaux de Fazer ainsi que d'autres marques comme Trimex (30%) qui semble destinée au marché allemand et qui produit aussi une version bonbon.

Réglisse + sucre + poivre + sel d'ammonium

Ce n'est pas un sale ami danois

Les deux versions à notre disposition ne sont pas aussi semblables que l'on pourrait croire, on reconnaît certes un goût commun mais de multiples nuances dans l'équilibre, l'alcool et les saveurs donnent à chacun leur propre personnalité. Dans les deux cas l'alcool est très foncé, légèrement visqueux et laisse un résidu au fond, un peu comme une soirée chili con carne qui tourne mal. Le Hot n'Sweet est noir comme de l'encre, alors que le Trimex est brun marron à la lumière et est plus épais et plus huileux au touché. Côté odeur, ils sont assez semblables, un mélange alcool et réglisse qui laisse entrevoir une boisson très sucrée et au goût très marqué.

Huile de vidange VS encre noire ?

Huile de vidange VS encre noire ?

Ces boues noirâtres sont plaisantes mais très particulières. Le goût de réglisse est très fort et sature les papilles, le côté épicé sel/poivre est présent mais moins marqué que dans les versions bonbon, peut être à cause du sucre qui s'impose bien. L'alcool est du coup relégué au second plan, surtout en arrière goût et la trentaine de pourcents passent ni vus ni connus. De quoi enchaîner les verres sans trop s'en rendre compte, mais heureusement le goût est si marqué et reste tellement en bouche qu'il impose de prendre son temps.

La version Hot n' Sweet est une vrai réussite, un bon équilibre entre le réglisse et le reste, et a en plus un petit goût d'anis pas inintéressant. L'autre version est moins sucrée du coup le réglisse se sent plus, et malgré le fait qu'elle soit sur le papier légèrement moins forte, la sensation d'alcool est plus présente.

Le salmiak, les poivres turcs, et dans une moindre mesure le réglisse, ne sont guère appréciés en France, et il est fort à parier que ce genre de boisson ne marcherait pas du tout ici.

 

Verdict :

Giraf

 ★★★½☆ 

Les bonbons Fazer sont souvent copiés mais rarement égalés, et sans surprise, l'alcool le plus réussi est celui qui les utilise. A petite dose, ces alcools sirupeux et forts en goût ne sont vraiment pas mal, mais par contre je ne vois pas du coup dans quelles circonstances les consommer. Ils ne vont bien avec rien, même pas avec des chips et des cacahuètes. Allez savoir, peut être qu'il faut les consommer avec des vieux harengs moisis pour en masquer le goût. Ils méritent malgré tout un demi jambon d'or.

Kephy

 ★★★☆☆ 

Le salmiak, il faut apprendre à l'apprécier. C'est ce que je répète à mes collègues ces derniers jours pour les inciter à goûter des bonbons suédois rapportés par mon chef et qui, il faut l'avouer, ne sont pas les plus accessibles qui soient. Mais quand on a appris à aimer le salmiak, ces alcools ne sont pas aussi terrible qu'ils en ont l'air. Le Fazer est plus agréable que le Trimex, plus sirupeux et pour lequel le goût de réglisse est trop fort. En faisant une moyenne de ces deux produits qui ne se valent guère, on obtient un bon jambon d'argent.

 

PS : Trouvés sur World of Sweets pour la version Trimex, 11€99 la bouteille de 70cL et à l’aéroport de Copenhague pour la version Hot n'Sweet, 139 DKK la bouteille de 1L, soit environ 18€.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

3 réponses à “Hot n’Sweet”

Laisser un commentaire

Catégories
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité