Vampires, accordéons et palinca

La Transylvanie n'est pas seulement la patrie de Vlad III  Basarab dit l'Empaleur, héros et inspirateur malgré lui de quantités de gros navets (Dracula Untold ... nos cerveaux sont encore en état de choc), c'est aussi celle de la palinca. Il s'agit d'une eau de vie roumaine, quoi qu'en disent les Hongrois, à base de prunes, de poires ou d'autres fruits. A l'origine, les maramures des régions du nord échangeaient avec le sud du bois et des pommes de terre contre les fruits nécessaires. Nous, personnellement, on aurait gardé les pommes de terre. La palinca est produite dans un cazan, un récipient plus au moins évolué généralement en cuivre, à l'aie d'un four et subit au minimum deux distillations avec un résultat avoisinant les 52%. On la laisse ensuite vieillir, avec le temps la teneur en alcool va descendre et peu à peu l'eau de vie va se parfumer. Les meilleures sont entreposées en fût de bois, ce qui va donner de belles teintes et participer au goût.

Hongrois à tord que ça vient de Hongrie

Hongrois à tord que ça vient de Hongrie

 

 

Radu, notre collègue roumain sans accordéon, nous a fourni deux versions : une colorée de 5 ans d'âge, artisanale, vieillie en fut venant de son père et une plus claire de 10 ans d'âge à l'origine incertaine ramenée par son cousin qui ne quitte jamais son pays sans sa bouteille de palinca de secours. Le moins que l'on puisse dire c'est que cet alcool est très parfumé. Les deux petites bouteilles sentent forts, même fermées, ce qui n'a pas aidé à se concentrer devant son clavier au boulot quand on nous les a rapporté. La 5 ans est la plus parfumée, et son odeur proche d'une bonne prune ne laisse guère de doute sur son contenu. La 10 ans, elle, est plus légère, et exhale une odeur plus dure à saisir avec un arrière nez de bois. Peut-être de la prune, ou de la poire ou un mélange.

5 ans d'age, prune

5 ans d'age, prune

 

Vu la réputation des roumains, on s'attend forcement à un alcool bien corsé. Il faut bien ça pour survivre à l'hiver rigoureux de Transylvanie, la région la plus froide du pays. Une sorte d'antigel naturel, qui peut aussi servir de médicament. Un peu de palinca chauffée avec un grain de poivre de Cayenne quand on commence à tomber malade, puis au lit avec des grosses couvertures pour bien transpirer et le lendemain c'est fini. La 5 ans est proche d'un bon digestif de prune, très douce, elle passe toute seule. On n'a vraiment pas l'impression de boire autant d'alcool. La 10 ans est assez différente. Elle a bien plus de punch avec la sensation d'alcool qui picote et engourdit la bouche, mais moins de goût et le côté eau de vie s’arrête plus vite, sans la longueur en bouche. L'impression que nous laisse la palinca est que cet alcool est très proche de certaines bonnes gouttes artisanales qu'on peut dégoter en France. Les deux versions testées sont bonnes avec une nette préférence pour celle vieillie en fut, plus gouleyante et moins sèche.

10 ans , indéterminée

10 ans, indéterminée

Verdict :

Giraf

 ★★★½☆ 

Mes parents ont souvent une bonne bouteille de goutte de prune qui traine chez eux et ces deux palinca me rappellent cet alcool, chacune à leur manière. La 5 ans a un goût proche, avec une prune bien présente, mais la sensation d'alcool est moins marqué, ce qui est traitre d'ailleurs car elle doit quand même titrer au moins à 40%. La 10, quant à elle, lui ressemble par son côté costaud et bien alcoolisé, mais a un goût plus éloigné. Dans l'ensemble, elles sont agréables à boire, avec modération tout de même, et méritent leur demi jambon d'or.

 

PS : Trouvable quelque part, en Roumanie.

PS² : Merci à Radu pour nous avoir fourni cet alcool.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2018 (16)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité