Eat my shorts #19

Que j'étais bien en Islande, au calme, entre champs de lave et cascades. Pour faciliter le retour et se réintégrer tout en douceur, je garde mon pull en laine de mouton malgré les 25°C, je décore mon bureau de poisson séché et je me nourris des victuailles rapportées dans mes bagages. Ça plus ma plomberie qui se la joue Dettifoss ... Au programme de ce Eat my shorts spécial "les vacances c'était bien quand même", cinq produits au bon goût d'Islande : crottin de cheval, confitures de rhubarbe, sirop de bouleau et infusion de mousse. Quoique "bon" n'est pas forcément l'adjectif  qui convienne le mieux pour l'un d'entre eux

 

Icelandic Horse Doo Doo

 

Les chevaux islandais sont une race de chevaux à part, plus trapus, plus robustes, avec une crinière fournie, des allures spécifiques et dont les crottins sont faits de réglisse enrobé de chocolat au lait et recouvert d'une poudre piquante de réglisse. C'est du moins ce qu'essaie de nous faire croire Ísland Treasures avec ses Icelandic Horse Doo Doo, des friandises qui raviront les scatophiles gourmands. Ces douceurs rivalisent d'élégance avec nos pets de nonne ou nos coucougnettes, ce qui prouve encore une fois que le bon goût et la classe n'ont pas de frontières.

Get on my (icelandic) horse

Get on my (icelandic) horse

 

Le sachet vaut à lui seul le détour avec un superbe crayonné de l'artiste allemande Briggite Dubbick, illustrant l'Islande avec son drapeau, ses volcans, ses macareux, ses chevaux et bien sûr leurs déjections, l'un allant toujours avec l'autre. A l'intérieur, des billes marron clair de différentes tailles du plus bel effet. Les puristes reprocheront leur forme sphérique au lieu de cylindrique, illogique sauf si le cheval a ingurgité une cuillère à glace avant. Ce qui reste somme toute, tout à fait plausible.

Mouches non incluses

Mouches non incluses

 

Ces boulettes sont constituées d'un cœur de réglisse solide entouré de chocolat au lait. Une association islandaise classique qui surprend au départ mais qui passe très bien. La proportion entre les deux est ici parfaite : un tiers de réglisse pour deux tiers de chocolat. Les deux saveurs peuvent ainsi s'exprimer pleinement sans que l'une ne masque l'autre. Le réglisse est bon, le chocolat très sucré et lacté façon Kinder Chocolat et la poudre piquante apporte un petit peu de punch à l'ensemble même si elle part trop vite. Ces Doo Doo sont une très bonne trouvaille, décalée et délicieuse.

 

 ★★★★☆ 

Giraf : Les tas de crottins de chevaux sont un danger pour les chaussures de l’honnête promeneur mais un vrai délice en bouche. L'association choco / réglisse est simple mais efficace. Seul reproche à faire à ces friandises, le chocolat est trop sucré et sans le concours du réglisse il deviendrait assez vite écœurant. Ces Doo Doo méritent bien un jambon d'or chaud et fumant.

 ★★★☆☆ 

Kephy : Manger du crottin de cheval n'est-il pas le rêve de toute personne normalement constituée ? Ce serait en tout cas parfaitement compréhensible, car ces crottes-ci sont tout à fait comestibles. Sans être extraordinaires, elles ont un goût sympathique et changeant, mêlant agréablement le chocolat au réglisse. Un crottin d'argent pour ces déjections islandaises.

Trouvé au Viking de Reykjavík, 699 ISK (environ 4€50) le paquet de 150g.

 

 

Sirop de bouleau / confiture de rhubarbe / confiture rhubarbe vanille

 

On a l'habitude de dire qu'il n'y a pas de forêt en Islande, héritage d'un passé de vikings amateurs de haches et d'alcool, mais c'est faux. Les islandais ont lancé un vaste programme de reboisement dans les années 60 et il y a maintenant de vraies forêts, dont celle d'Hallormsstaður couvrant 740 hectares. Plusieurs essences s'y mélangent mais la plus locale est une variété de bouleau.

Islande à tartiner

Islande à tartiner

 

De cet arbre, les islandais tirent du sirop comme les canadiens le font avec l'érable. Il est bien sûr trouvable en gros pots mais le petit assortiment dégustation de Holt og heiðar semblait un meilleur choix. En plus du sirop de bouleau, il contient de la confiture typique islandaise à la rhubarbe, plus une adoucie à la vanille.

Forêt d'Hallormsstaður

Forêt d'Hallormsstaður

Chercher du bouleau en vacances ...

Chercher du bouleau en vacances ...

 

La confiture de rhubarbe est un grand classique islandais mais on en trouve aussi en France. Celle-ci est plutôt bonne, agréablement sucrée et l'acidité de la rhubarbe se fait discrète.

Rhubarbe noire

Rhubarbe noire

 

Celle à la rhubarbe et à la vanille est tout simplement délicieuse avec une odeur plus douce liée à la vanille et une fin plus onctueuse en bouche. La pointe de vanille laisse quand même entrevoir l'acidité de la rhubarbe et le mélange des deux donne une étrange impression de compote de pommes.

Rhubarbe rousse ... enfin châtain clair

Rhubarbe rousse ... enfin châtain clair

 

Le sirop de bouleau est lui aussi très bon. Son odeur est forte mais fugace, mélangeant caramel et goudron de Norvège. Il ressemble d'ailleurs un peu à du caramel en apparence, mais en plus liquide. En bouche il est très sucré mais doux, sans cet arrière goût d'interminables réunions et de mauvais cafés. On pourrait penser qu'il est proche de son homologue canadien, mais il s'avère moins sucré et moins agressif que ce dernier. Le compagnon idéal des petits déjeuners en somme. Quel dommage de n'avoir rapporté que la mini version.

Le bouleau c'est la santé

Le bouleau c'est la santé

 

 

 ★★★★☆ 

Giraf : Cet assortiment est une très bonne découverte. La confiture de rhubarbe est classique mais celle à la vanille présente la plante sous un nouveau jour. Le sirop de bouleau quant à lui est tout simplement divin. D'ailleurs heureusement qu'on n'en trouve pas ici sinon ma balance ferait la tête. Dans l'ensemble ces trois confitures s'en sortent haut la main avec un jambon d'or à tartiner.

 ★★★☆☆ 

Kephy : La confiture de rhubarbe est plutôt agréable, avec une acidité très légère. Sa version à la vanille apporte encore un peu de douceur et un bon goût qui se mêle bien à celui de la plante. Quant au sirop de bouleau, il est bon et sucré, tout en étant très léger en goût. Ces trois produits sont réussis sans pour autant faire bondir mes papilles de joie, ils méritent donc un jambon d'argent.

Trouvé dans un supermarché islandais. 990 ISK (environ 6€40) les trois petits pots de 50g.

 

 

Infusion de mousse islandaise

 

L'Islande a peu d'arbres mais possède par contre des étendues de mousse à perte de vue, principalement dans les territoires inhabités des Highlands. Il fallait bien lui trouver une utilisation, mais pourquoi, pourquoi fallait-il qu'ils en fassent une infusion plutôt que du rembourrage d'oreillers ?

Un remède pire que le mal

Un remède pire que le mal

 

La mousse islandaise est un lychen qui n'a pas grand chose de remarquable, petite et pauvre en calories. On lui prête en revanche tout un tas de propriétés pharmacologiques : décongestionnant, stimule l'appétit, combat la faiblesse, la cachexie, la toux et améliore les problèmes respiratoires, ... et on peut surtout en faire du schnaps. Elle entre dans l'alimentation islandaise depuis la colonisation de l'ile par les vikings. Elle est ajoutée aux soupes, ragoûts, pains et même dans les confitures de rhubarbe.

Une petite mousse ?

Une petite mousse ?

 

Côté odeur, rien de notable, ça sent la mousse et le sous-bois. Par contre en bouche cette infusion est une véritable horreur. Plus amère que des pissenlits, des chicons et des adultes moroses et désenchantés réunis avec en prime un mauvais arrière goût de terre. Cela fait vraiment remède de grand-mère, le genre infect qui vous rend plus fort s'il ne vous tue pas.

 

 ★☆☆☆☆ 

Giraf : Je n'imaginais pas trouver un jour plus amer que des pissenlits ou moi, et pourtant cette mousse surpasse tout. Un concentré absolument imbuvable qui mérite tout juste un jambon de porc.

 ★☆☆☆☆ 

Kephy : Si vous cherchez une infusion à boire après le repas au coin du feu, oubliez tout de suite la mousse islandaise, son amertume provoquant une réaction de dégoût à chaque gorgée. En fait, oubliez-la en toute circonstance, sauf éventuellement si vous organisez une soirée sado-maso... On ne peut décemment pas lui donner plus d'un jambon de porc.

Trouvé au Viking de Reykjavík, 620 ISK (environ 4€) le paquet de 25g.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

2 réponses à “Eat my shorts #19”

Laisser un commentaire

Catégories
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité