Bonbons salés à la prune fachée

En expédition dans ma supérette habituelle à la recherche de crèmes glacées japonaises aux parfums improbables, je suis tombée sur un paquet de bonbons étrangement nommés "Homme Prune" avec un petit bonhomme fâché dessiné dessus. Bonbons à la prune salée, furieuse et masculine, nous voici !

Prix Nobel de l'emballage

Mais d'abord un peu de culture. Au japon, pour agrémenter les plats tout en apportant un peu de couleur, on fabrique toutes sortes de pickles : du radis saumuré  jaune moutarde ou violet fluo, du concombre acide vert pomme,  des prunes salées rouge vif... L'ingrédient qui nous intéresse aujourd'hui, la prune salée (umeboshi), peut être immangeable tant elle est salée, ou être simplement délicieusement acide. Les prunes salées se mangent généralement avec du riz et certainement pas comme gourmandise, aussi peut-on se demander pourquoi la marque Nobel a décidé d'en faire des bonbons.

La réponse est écrite sur le paquet : les umeboshi sont réputées excellentes pour la santé, et Nobel nous promet tous les bienfaits d'une prune salée dans un seul de ses fameux bonbecs. Sachant que le gros paquet fait 80g et un bonbon 4,5g ; qu'au japon il y a une densité de 0,5 poubelles pour ordures combustibles et 0,3 pour ordures recyclables au km² ; considérant qu'un papier de bonbon est recyclable contrairement à un noyau de prune,  je vous laisse calculer le nombre de calories que vous ne brûlerez pas en fonction du nombre de noyaux de prunes que vous n'aurez pas à jeter.

Ecologique

Pour huiler votre cerveau lors de la résolution de ce petit problème, vous avez droit à un bonbon contenant 16,1kcal, 0,2g de protéines et autant de graisses, 4,03g d'hydrates de carbone et 103mg de sel. Quant aux ingrédients à proprement parler, on y trouve de la prune bien entendu, mais aussi du shiso pour la couleur et le goût. Enfin ils auraient pu en mettre plus parce qu'honnêtement, la couleur n'est pas réussie du tout : au lieu du beau rouge annoncé sur l'emballage, on a droit à un vieil orange pâle tout moche. Dis donc monsieur prune, tu ne te ficherais pas un peu de nous avec ton air fâché/constipé ?

Pour le savoir, goûtons donc. Bonne surprise : c'est exactement le goût des bonnes umeboshi, acide, pas trop salé, bien parfumé. Alors bien sûr, ça risque d'être surprenant pour un palais non habitué : déjà c'est salé comme bonbon, et puis il ne faut pas chercher le goût des prunes françaises car vous risqueriez d'être très déçus. Il y a quand même un petit arrière goût sucré, et j'admets que ce mélange sucré-salé-acide-fruité puisse ne pas plaire à tout le monde. Mais les amateurs d'umeboshi seront ravis : le goût est fidèle au possible !

 

Verdict :

Eleys

 ★★★★☆ 

Après la déception des bonbons au yaourt, Nobel rattrape magnifiquement le coup grâce à ces bonbons à la prune. On retrouve le goût de l'umeboshi, agréablement équilibré entre acide et salé, mais sans le noyau. Seule la couleur ratée l'éloigne de la note parfaite... Chapeau bas et jambon d'or, Mr Prune Constipée !

 

PS : Otokoume, de Nobel, disponible au Japon. Ici, une pub qui ne vous apprendra rien sur le produit ni sur le choix de la mascotte...

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

9 réponses à “Bonbons salés à la prune fachée”

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité