Tim, Tam, Tom sont sur un bateau

Il y a quelques jours, Kephy m'a envoyé une image d'une boite de biscuits australiens, les TimTam, dont l'emballage indiquait que les gâteaux peuvent contenir des traces de cacahuètes et aussi de chair humaine. Malheureusement, il s'agissait là d'un bon montage photoshop. Mais en cherchant des informations sur ce paquet, j'ai découvert ces biscuits que beaucoup (d'Australiens) qualifient de meilleur gâteau et qui s'écoulent par tonnes (35 millions de pack par an). Pourquoi tester un simple biscuit ? Depuis qu'on a mis en place une carte des saveurs, on essaye de trouver des produits permettant de rosir les pays désespérément blancs. L'Océanie était le seul continent vide, il nous fallait remédier à cela. Les timtam, bien que plutôt classiques, permettent d'avoir un point en Australie car pour l'instant nous n'avons pas le courage de réouvrir la vegemite ("pâte à tartiner" australienne). De plus un produit aussi connu de l'autre coté de la Terre mérite qu'on lui prête attention. La dernière raison est le TimTam Slam, dont on vous parlera plus en détail plus bas.

The most irresistible chocolate biscuit

Plusieurs parfums sont disponibles, mais nous nous sommes contentés de la version originale. Le site de la marque Arnott's présente pas moins de 11 autres variétés.

 

Tom tombe à l'eau

L'emballage souple, nous apprend que ces biscuits sont des biscuits "sandwichs" fourrés à la crème de chocolat et recouverts de chocolat au lait.  Avec une telle composition on se doute que ces gâteaux ne sont pas très sains. Le paquet représente 1026 kcal et contient 11 gâteaux, soit 93kcal pour chacun d'eux. Chacun contient 8,2g de sucre et 4,9g de graisses dont la moitié saturées (dites mauvaises graisses). Les ingrédients sont classiques : chocolat au lait (38%), sucre, matière grasse, pas moins de 5 colorants, ... On nous indique que le chocolat utilisé contient au moins 20% de poudre de cacao et 20% de lait. Il faut savoir que pour indiquer le terme chocolat au lait, les fabricants sont soumis à des lois. En Europe, il faut plus de 25% de poudre de cacao contre 10% aux USA. Pas de chair humaine ni dans les ingrédients ni parmi les allergènes potentiellement présents.

Contenu

 

Extérieur

Intérieur

 

 

 

 

 

 

 

Les 11 attendent sagement sur le banc. L'odeur est uniquement celle du chocolat au lait, ce qui n'est pas étonnant. Elle me rappelle fortement celle des Fingers (Cadbury). Le biscuit est composée de 3 couches : 2 couches de biscuit au chocolat, avec au milieu une couche plutôt pâteuse de crème de chocolat. Le tout est enrobé de chocolat au lait. Ces 3 textures différentes donnent un résultat vraiment sympathique : entre le fondant du chocolat, le mousseux de la crème et la solidité des biscuits. Leur alternance et la sensation qu'elles procurent est vraiment agréable, on est loin d'un simple biscuit chocolat. Le résultat est très chocolat et très sucré mais aussi très réussi.

Que donnent les couches une à une ? L'enrobage a bon gout, on reconnaît de suite le chocolat au lait, et le goût est relativement proche de l'enrobage des Fingers. Par contre si on ne se dépêche pas il fond dans la main, contrairement aux M&M's. Ce gâteau veut être mangé, ça se voit. Les couches de biscuits secs ont un vague goût chocolat mais pas très fort, leur goût est un peu moins sucré que le reste et un poil plus amer. Par contre quand on mange l'ensemble, c'est totalement eclipsé par le reste. Le cœur crémeux est quant à lui le plus sucré. Il forme une bonne pâte assez granuleuse, plus cacao que chocolat. Au final les deux biscuits sont plus là pour apporter de la texture et du maintient que du goût. L'essentiel est formé par la crème et le chocolat.

Le résultat se laisse très bien manger, même par moi qui ne raffole pas du chocolat. Par contre on est en présence d'un produit au goût très très sucré. A tel point qu'après 2 ou 3 on a une irrésistible envie de boire de l'eau. Par contre, je suis sûr d'en avoir déjà mangé.

 

Séquence nostalgie

Ce gâteau me rappelle quelque chose mais quoi ? Dès la première bouchée, j'ai su que j'avais déjà rencontré ce goût, un produit que je mangeais étant enfant, quelque chose qui a disparu par la suite. J'essaie de me souvenir. Un gâteau emballé individuellement, il me semble, j'ai la vision d'un emballage rouge. J'ai bien mis une journée pour retrouver, ça occupait mes pensées. Petit à petit le flou s'est dissipé. Emballage rouge, ... ou jaune ...,  ... rapport avec un animal, ... Et là, c'est l'illumination, j'ai une image d'un emballage rouge avec un pingouin dessus. Mais bien sûr !!! Les gâteaux pingouins. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce gâteau de Verkade existait dans les années 80 et a survécu au moins jusqu'au milieu des années 90. Ces gâteaux étaient emballés individuellement, avec des emballages unis de différentes couleurs : jaune, rouge, bleu, ... avec dessus un pingouin dans diverses situations. Il me semble qu'on trouvait un pingouin qui péchait et un autre devant un trou dans la banquise. Il est très dur de trouver des informations dessus. Ce gâteau a changé après, remplacant les pingouins par des personnages d'Astérix. Et puis plus rien, plus de trace. Quand a-t-il disparu ? Pourquoi ? Mystère et boule de pétanque. Pour ceux qui ne se souviennent pas, j'ai déniché une pub. C'était le bon temps... Tant de bons souvenirs se rattachent à ces gâteaux. Pourquoi les ont-ils fait disparaître, c'est criminel. Je vais militer pour leur retour !

 

Comme une porte

Les deux paquets achetés pour ce test sont un peu différents. Un porte un gros logo et a les extrémités blanches, l'autre un petit logo et les extrémités marrons. Je suis peut être tombé au moment du changement de design. Par contre, ils ont une autre petite spécificité, expliquée par l'emballage. Ce produit peut être kascher, cela dépend des lots. L'emballage nous indique que les TimTam le sont si les lettres KA sont présentes à coté de la date de péremption. Sur les deux paquets achetés, l'un l'était et l'autre pas. Le goût est quant à lui strictement identique.

Comme une porte

 

Tim Tam Slam ?

Tim Tam Slam, Tim Tam Straw, Tim Tam Orgasm, sous ces noms se cachent une pratique (non sexuelle, circulez les pervers il n'y a rien à voir) typiquement australienne. Non il ne s'agit pas de lancer un TimTam et voir s'il revient ; cette pratique consiste à manger les deux extrémité d'un TimTam et de s'en servir après comme une paille pour aspirer différents liquides, de préférences chaud. L'équipe de Eat'n Waf se devait, pour la science de tester cette pratique de vous délivrer ses impressions. Quatre liquides ont été sélectionnés : du lait, du café, de la soupe au potiron et une bière. Le yaourt et la sauce tomate ont été écartés car ils ne sont pas assez liquides pour bien fonctionner.

Tim Tam Slam : the ULTIMATE test

 

Commençons par le lait froid : le lait aspiré ne prend pas trop de goût. Le biscuit se gorge bien et on ne peut pas aspirer bien longtemps car il devient totalement mou et ne permet plus de maintenir une pression suffisante pour aspirer. Le goût du biscuit à la fin n'est pas terrible, lait froid et chocolat ne vont pas très bien ensemble. L'utilisation du TimTam comme une paille fait qu'il s'imprègne bien mieux que s'il était simplement trempé.

Lait chaud : ça marche beaucoup mieux, le lait prend un petit goût de chocolat. Il reste subtile, pas comme du Nesquik. Le gateau devient très vite inutilisable, comme avec le lait froid. Par contre le résultat est différent, le biscuit est gorgé de lait mais plus mou, et il a un peu chauffé, ce qui produit un goût un peu différent. Le lait et le chocolat se combinent cette fois très bien. Le résultat est vraiment une surprise presque meilleur qu'en temps normal. Par contre il tache les doigts car la chaleur fait fondre l'enrobage de chocolat.

 

 

Café : le café est un peu plus chaud que le lait et l'aspiration est très très dure. A peine une petite quantité est-elle aspirée que le gâteau tombe en bouillie. Le café ne prend pas trop le goût. Le gâteau est trop mou, pas très agréable à manger et son goût initial ne colle vraiment pas avec l'amertume du café.

 

 

 

Biere : tout d'abord pour ceux qui ne savent pas, Leffe de printemps est une bière de mars, en édition limitée, qui a le mauvais goût d'avoir une étiquette verte. Elle est un peu plus forte et surtout bien plus amère que la Leffe blonde classique. La bière aspirée reste intacte, le TimTam ne se ramolli par trop car la bière est froide. Il prend par contre une bonne petite amertume et un léger goût alcoolisé, rappelant certains gâteaux alcolisés dont je ne me souvient pas du nom. Une très bonne découverte, mille fois mieux qu'avec du café.

 

 

Le dernier test est avec de la soupe, de la crème de potiron. Elle a été choisi en poudre car la soupe au final est plus liquide que les veloutés ou moulinés en brique. Le test a été effectué tiède, car avec de la soupe chaude ce n'est même pas la peine. A peine le temps de faire une photo et la couche de chocolat extérieure était déjà en train de se liquéfier. La soupe est très dure à aspirer, voir quasiment impossible. Même si elle est plus liquide que les briques, elle reste encore trop épaisse pour le TimTam. Le résultat du gateau n'est pas trop mal, le goût du potion va bien avec celui du chocolat. De plus le sel de la soupe couvre un peu le sucre du gâteau.

 

Verdict :

Giraf

 ★★★½☆ 

Pour une fois que les Australiens font un truc de bien, nous nous devons de le saluer. Ce gâteau est agréable bien que trop sucré. Il ne surprendra pas les fans de feu les biscuits pingouins. Le Tim Tam Slam est marrant mais pas nécessaire, on est loin de l'orgasme annoncé. Au final, ce gâteau récolte un demi jambon d'or amplement mérité.

Kephy

 ★★★½☆ 

Dès la première bouchée, ces TimTam m'ont fait penser au goût des barres Ovomaltine, mais en beaucoup moins étouffant. Pour ceux qui ne connaissent pas les barres Ovomaltine, elles sont faites de poudre très chocolatée compactée, qui étrangle un peu quand on en casse un morceau, et forment des paquets avec la salive. Les TimTam ont le même genre de texture, mais en nettement plus fondant grâce à leur cœur.

L'ensemble est bon, mais rapidement écœurant. Leur goût plus raffiné que la moyenne des gâteaux du commerce leur permet d'obtenir un demi jambon d'or.

 

PS : Trouvable parfois en supermarché, comme Auchan au rayon cuisine du monde, 2€97 le paquet de 200g

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

3 réponses à “Tim, Tam, Tom sont sur un bateau”

Laisser un commentaire

Catégories
Publicité
Archives
  • 2014 (18)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)