Wafalauréat 2015 : Trop fort, est ce possible ?

Juin arrive et avec lui beau temps, barbecues et balades, sauf pour les lycéens qui doivent préparer leurs examens. Pour eux, voici en en exclusivité mondiale certains des sujets du Wafalauréat 2015 que nos petites mains, ex-employés de Blackwater, ont soutiré déniché :

  • Philosophie : le bonheur peut-il se trouver dans un œuf surprise ?
  • Philosophie : trop fort, est-ce possible ?
  • Histoire : influence du houblonnage à cru sur la colonisation des Indes par l'empire britannique
  • Chimie : synthèse de la capsaïcine
  • Mathématiques : probabilités de collision entre un orteil et un objet contondant en se levant la nuit

 

Pour aller plus loin, voici quelques pistes et éléments de réflexion sur le sujet philo "trop fort, est-ce possible ?".

Jar of Belial : + 2DMG

Jar of Belial : +2 DMG

 

Comme toute question philosophique, celle-ci n'est pas si simple et n'amène pas une réponse fermée. Tout dépend du contexte. Si l'on considère un concept abstrait comme la génialitude, accoler les mots Eat et Waf suffit comme simple forme de démonstration. Oui trop fort est possible. Nul doute que la référence à Eat'n Waf vaudra à coup sûr la meilleure note, sauf si la malchance désigne un correcteur qui ne nous connait pas, et oui il en reste encore 2-3 nous a-t-on dit. Pour les concepts plus quantifiables, on pourrait croire la réponse beaucoup plus simple : s'il y a une limite physique qu'on ne peut dépasser, trop fort ne s'applique pas. Tout cela serait logique et parfait, mais oublierait quelque chose d'important : le relatif. Un bon exemple pour illustrer cela est le piment et le beurre de cacahuètes Eternal Damnation de Snack Jockey Foods.

 

Techniquement le piquant d'un piment tient à sa concentration en capsaïcine, 8-méthyl-N-vanillyl-6-nonénamide pour les intimes, qui se mesure en unité Scoville (SHU -  Scoville heat units) sur une échelle de 0 à 16 millions, 16 millions correspondant à la molécule pure. Cette limite ne peut donc pas être outrepassée et le qualificatif trop par rapport à cet absolu ne peut s'appliquer. Par contre, tout le monde n'a pas la même résistance et donc trop fort pour quelqu'un peut être acceptable pour quelqu'un d'autre. Le débat s'en suivant peut être alors particulièrement stérile mais le beurre de cacahuètes Eternal Damnation devrait mettre tout le monde d'accord : il est définitivement trop fort.

-15 HPs

-15 HPs

 

Ce beurre de cacahuètes de Snack Jockey Foods a été conçu pour être trop fort afin de répondre aux fans en voulant toujours plus. L'idée était donc de faire un produit le plus fort qu'ils pouvaient. Pour cela ils ont enrichi leur précédente recette au Bhut Jolokia avec de l'extrait à 12 millions de SHU doublant d'un coup sa force déjà bien élevée. Le pot semble dire "vous vouliez du fort et bien pleurez maintenant", ajoutant au passage un petit "appréciez ... si vous pouvez".

+ Burn state

+ Burn state

 

Il se paye en plus le luxe d'être fourbe. Si l'on excepte sa couleur cuivrée piquée de rouge, cette pâte semble bien inoffensive. L’aspect d'un banal beurre de cacahuètes avec morceaux et une odeur crémeuse et tellement chargée en cacahuètes qu'elle masque quasi intégralement toute trace de piment. Ceci explique la générosité des tartines sur la photo ci-dessus. On déchante bien vite une fois croqué, la furtive phase cacahuétée sucrée laisse place à l'enfer. Une force brutale qui brûle la langue, serre la gorge et attaque le palet. Quasi insoutenable pendant la première minute avant de se muer en rayonnement bouillant et persistant envahissant la bouche, les lèvres, et toute partie du corps touchée par inadvertance, accompagné de nez qui coule et d'hypersalivation. Impossible d'apprécier une tartine. Cette pâte a une force comparable à une sauce extrême type Black Mamba, inutilisable pour le petit déj. Sa seule utilisation possible semble être par petite dose dans des plats thaï ou malaisiens comme la sauce satay.

 

En conclusion, trop fort est possible, et si quelqu'un n'est pas d'accord, faites lui goûter le beurre de cacahuètes Eternal Damnation.

 

Verdict :

Giraf

 ★★½☆☆ 

Je suis un fan de piment, ingurgitant des doses massives et extrêmes à presque tous les repas, mais je n'arrive à apprécier Eternal Damnation. Mais après tout le plaisir n'est pas son but. Impossible de l'utiliser sur une tartine, même à très légère dose, ce beurre de cacahuètes est trop fort pour une utilisation telle quelle, d'autant que le piment ne contribue pas au goût. Eternal Damnation est certainement le beurre de cacahuète le plus fort au monde mais ne mérite qu'un pfiou sur 5 (demi jambon d'argent).

Kephy

 ★★½☆☆ 

Habitué aux produits qui se prétendent affreusement forts pour finalement être trop raisonnables, j'ai croqué avec confiance un morceau de tartine ci-dessus. Ce beurre de cacahuète a su me faire regretter très vite cet excès de confiance. Infernal prend ici tout son sens, la sensation est quasi insupportable, et si on peut supposer que ce produit serait très bon s'il était exempt de piment, il est ici impossible d'en juger tant la brûlure prend le dessus vite et fort, sans pour autant apporter un quelconque goût de piment au mélange. Un demi jambon d'argent parce qu'il a été marrant de réussir à piéger un ou deux collègues avec cette horreur.

 

PS : Trouvé chez Hot-Headz, 4£99 (environ 6€90) le pot de 190g dont on ne viendra jamais à bout.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

3 réponses à “Wafalauréat 2015 : Trop fort, est ce possible ?”

  • J’y aurai jamais cru que vous trouveriez plus fort que vous en matière de piment ! (J’espère que la conjugaison est correcte, j’ai comme un doute). Au fait, je ne sais pas si c’est faisable vu votre niveau sur l’échelle de Scottville, mais je serai interessée si vous faisiez une sélection de produits pimentés (mais jugés bons) accessibles facilement, genre en GMS ou épicerie fine. Tout ce que j’ai chez moi c’est de la harrissa, des piments oiseaux secs et des copeaux de piments séchés (trouvable aux USA), j’aimerai davantage developper ce goût. Voilà pour l’idée et merci vraiment pour ce blog sensass 😉

    • Trop fort pour s’en servir normalement en le tartinant mais ça peut passer en sauce piquante.

      Des produits pimentés (et bons) en GMS, ce n’est pas évident. En France on boude beaucoup le piment. 3-4 sauces et c’est tout. Ce qu’on peut trouver facilement :
      – la sriracha, sauce thaïlandaise, ma préférence va pour celle de Foco (plutôt en épicerie asiatique). Il faut aimer l’ail pour contre.
      – la purée de piment sambal oelek, très parfumée
      – la gamme de Hot Sauce de Heinz, il y a 3 forces. Chipotle/ail et green jalapeno sont pleine de saveur et pas trop fortes. Mais il faut aimer le vinaigre.
      – 2-3 chips honnêtes (Pringles Hot’n Spicy, Pringles Extreme Chili Sauce et Dorito Sweet Chili)
      – souvent on peut trouver des mélanges olive pimentés sympathiques aussi,
      – après on trouve une tonne de bons produits au piment d’Espelette. Ce n’est jamais fort mais c’est parfois suffisant pour certains.

      Parfois en rayon Cuisine du Monde on trouve dégote des choses sympa :
      – les sauces Melinda’s. Très bonnes avec plein de forces et de goûts différent
      – du piment chipotle, un piment mexicain au goût fumé
      – des chips allemands Pepper-King, sortes de chips Blair’s. Les jalapenos ne sont pas trop forts.

      Dans les épiceries asiatiques ou antillaises, on a généralement plus de choix. j’ai dégoté l’autre jour une très bonne pâte de piment habanero jaune (yellow lantern dit l’étiquette) de la marque Pearl River Bridge. On peut aussi trouver les bonnes sauces antillaises Dame besson et parfois des piments habanero frais souvent sous le nom bondamanjak ou piment antillais.

      Merci pour le compliment 🙂

  • Merci pour ta réponse !

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité