Il faut sauver le soldat PK

Une fois n'est pas coutume, je me colle sur un article de chewing-gum, pour vous parler d'un chewing-gum authentique, pas un de ces nouveaux chewing-gums "branchés" pour jeunes hippies anarchistes. Inventé quand les hommes étaient virils et poilus et les femmes étaient ... aux fourneaux, ce chewing-gum a fait la guerre ! Et oui ma bonne dame. P.K, car tel est son nom, n'est plus vraiment un jeunot. Né en 1927 dans la compagnie américaine Wrigley's, son papa, William Wrigley Jr, lui donne alors le nom de P.K en l'honneur de son fils : Philip K. Wrigley. Peut-être étaient-ils tous les deux aussi mous et collants.

Aimant voyager, il visite ensuite l'Angleterre, mais aussi l'Australie et la Nouvelle-Zélande, où il devient le 2ième chewing-gum le plus consommé. Après cette jeunesse dorée , le jeune P.K part à la guerre (la deuxième). N'écoutant que son courage, il se fait ainsi enrôler pour faire partie des rations des miliaires américains. Quel patriote, c'est beau. Il disparaît tragiquement avant ses 50ans en 1975.  Les Australiens, jamais au courant des informations vu qu'ils sont loin et que personne ne leur parle, en ont malgré tout encore. Et ce plus de 35 ans après ! Le courrier doit leur être livré par tortue.

Qui est PK ?

Papy PK, malgré son grand âge, a un emballage assez jeune, rappelant d'autres produits de la marque, gardant quand même un orange-brun papier peint collection 70. Par contre le temps fait ses ravages et il ne se souvient plus de son goût : aucune information sur le paquet, et les ingrédients indiquent simplement arômes. Une sorte de chewing-gum mystère avant l'heure, nous l'avons donc acquis sans connaître son parfum. Chaque paquet contient 10 dragées, de 1,4g chacune. Niveau calorique, un chewing-gum donne environ 4kcal, c'est en effet un chewing-gum sucré: 1g sur 1,4g.

Dragée basique

 

Est-ce que le PK se tord ? Non, il est cassant, comme toutes les dragées de ce type. Malgré l'absence de goût indiqué, on reconnaît immédiatement la menthe. Pas mauvaise, mais très classique. Pour un produit créé il y a aussi longtemps, ce n'est pas étonnant, mais tout de même un peu décevant.

 

Il faut signaler qu'au niveau de la longévité, papy PK fait de la résistance, il garde du goût très longtemps : plus de 40 minutes. Certes il est très diminué après 10-15 minutes mais on le distingue toujours. Il rappelle fortement les anciens Freedents à la menthe, pas étonnant vu que cette marque appartient aussi à Wrigley's.

 

Verdict :

Giraf

 ★★☆☆☆ 

Je suis un peu déçu d'être tombé sur de la menthe, même si elle est très bonne. Aller, un jambon de bronze pour la forme.

Kephy

 ★★½☆☆ 

Goûter ce chewing-gum m'a ramené en enfance, sans vouloir dire que j'étais enfant dans les années 40... Le goût et la consistance me rappellent beaucoup les chewing-gums à la menthe en dragées, certainement Freedent comme dit plus haut, que je mâchais étant petit. Passé le quart d'heure nostalgie, ce chewing-gum est tout ce qu'il y a de plus standard, et pas de chance pour lui, je préfère l'originalité.

Le respect des aînés m'oblige tout de même à épingler un demi jambon d'argent à sa boutonnière.

 

PS : Trouvable avant 1975. Si vous n'avez pas de machine à voyager dans le temps, il vous reste l'Australie et la Nouvelle-Zélande, hors du temps. A défaut, trouvable chez Cybercandy, 0£84 le paquet de 10 chewing-gums. A noter qu'il existe aussi une version bleue au réglisse.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

5 réponses à “Il faut sauver le soldat PK”

Laisser un commentaire

Catégories
Publicité
Archives
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)