L’autre pays de la cannelle

Entre les fricandelles, la sauce jopie, les frites et les toasts au muisjes, les Pays-Bas ne sont pas vraiment un pays réputé pour sa nourriture raffinée ou équilibrée. Ça tombe bien car la seule chose que j'ai pu rapporter d'un passage éclair à Rotterdam est un bâton à la cannelle composé à plus de 80% de sucre.

Kaboom !

Le choix de cette friandise a été motivé par plusieurs facteurs :

  1. Je n'avais que peu de temps et j'étais à la gare. La gare de Rotterdam, en travaux depuis plusieurs années, ne propose qu'un choix limité de boutiques, dont un magasin de la chaîne hollandaise Hema.
  2. J'aime bien la cannelle, c'est mon choix.
  3. Ce stick est long, dur et ne coûte que 1€50 pour 118g. Il faut dire qu'avec 31cm de long, il a de quoi ravir tou(te)s les gourmand(e)s.
  4. L'emballage transparent semble pensé pour être minimisé au maximum ; même si je pense qu'il s'agit plus d'une considération économique qu'écologique.
  5. Avec sa forme de matraque il peut servir d'arme, utile en cas d'invasion de zombies hollandais, comme dans la province de Friesland.

Une friandise qui nécessite une grande poche

La composition est simple : du sucre, du sucre et encore du sucre (sucre, sirop de glucose, sirop de sucre inverti). Pour accompagner ces quatre produits sucrés (le sirop de sucre inverti en vaut deux), un peu de cannelle et de l'huile de cannelle. Le résultat est sans surprise, 96g de glucides et aucune trace des autres groupes nutritionnels.

Ce bâton est plus dur qu'il n'y parait. Malgré les coups, il se contente de semer de sa poudre sans se rompre. Heureusement ma détermination est sans limite et une pression vigoureuse sur un coin de table a eu raison de lui.

De quoi se muscler les mâchoires

Le tour est constitué d'une couche durcie de cannelle, premier rempart efficace contre nos dents. L'intérieur est certes plus mou, mais très dense, au point de stopper l'avancée frénétique de nos incisives après seulement deux ou trois millimètres. Heureusement les molaires viennent en renfort pour pulvériser cet outrecuidant.

Ce bâtonnet est amusant à manger, mais le goût ne suit pas vraiment. La croûte n'est pas mauvaise mais tellement concentrée que ça la rend très amère, goût que le sucre à gogo à l'intérieur n'arrive même pas à masquer. J'ai beau aimer la cannelle à forte dose, je n'arrive pas à apprécier cette friandise.

L'avantage d'un goût trop sucré couplé à une amertume, est qu'il nous dissuade rapidement d'engloutir une grande quantité de cette friandise, maximum 5 cm/h.

Verdict :

Giraf

 ★☆☆☆☆ 

Une friandise plus jolie qu’intéressante comme casse-croûte. L'amertume et la top forte concentration de sucre gâchent tout, au point de ne lui accorder qu'un simple jambon de porc.

Kephy

 ★½☆☆☆ 

Ce bâton est impressionnant au premier abord, rares sont les friandises d'une telle taille. On commence à en avoir peur en se disant qu'en plus d'être grand, il est intégralement constitué de sucre, au point d'imaginer ses artères bouchées directement par ce stick. L'odeur est un peu rassurante, puisque sentant juste ce qu'il faut de cannelle. Mais le goût n'est pas à la hauteur. Trop sucré et pas terriblement goûtu on a tôt fait de reposer le bâton là où on l'a trouvé sans beaucoup réduire sa taille. Il est tout de même à noter qu'en le laissant à l'air libre quelques temps, il devient plus facile à croquer, ce qui n'est pas un mal... Un demi jambon de bronze pour sa stature qui impose le respect.

PS : Trouvable uniquement dans les magasins Hema, 1€50 le stick de 118g.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

2 réponses à “L’autre pays de la cannelle”

Laisser un commentaire

Catégories
Publicité
Archives
  • 2014 (57)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)