Pizza de poche

C'est fou ce qu'on peut mettre dans ses poches : des téléphones toujours plus petits, des clés, des stylos, des notes sur des tests de nourriture, des mini-fussoirs, et dorénavant on peut aussi y mettre des Pizzas grâce au Bifi Carazza. Vous allez me dire qu'avant on pouvait aussi ; qui n'a jamais retrouvé une demi part de pizza dans sa poche. Mais de un, ça gâche le goût de la pizza et de deux c'est plutôt incompatible avec les stylos qui fuient.

J’aime la pizza, j’aime les beignets, j’aime les Hot dogs avec une bonne bière !

Pour une fois Bifi innove avec ce snack qui n'a pas une forme de saucisse, mais l'honneur est sauf puisqu'il en contient. L'emballage nous le vend comme snack Pizza, d'ailleurs en Belgique il se nomme directement Bifi Pizza.

Mais Pizza est un bien grand mot, on retrouve certes quelques-uns de ses composants : sauce tomate pizza (25%), fromage (10%), enfin plus précisément préparation fromagère, ainsi que du salami (19%), du romarin et d'autre herbes aromatiques ; mais la forme est un peu différente. Le tout est logiquement rond et empilé mais enfermé dans un petit pain au froment, ce qui s'éloigne un peu du concept de pizza, sauf à considérer deux calzones côte à côte. De plus les couches successives ont un ordre dérangeant : pain - salami - sauce tomate - fromage - pain. Quel que soit le sens dans lequel on le tourne cela cloche. La logique voudrait qu'on trouve pain - sauce tomate - fromage puis enfin salami. Je serais Italien je le prendrais mal, mais ces deux anomalies semblent réfléchies. D'une part l'aspect fermé est pratique pour un snack, cela évite d'en mettre partout et de coller à l'emballage, d'autre part la couche la plus liquide, à savoir la sauce est maintenue entre deux couches solides afin d'éviter que le pain ne s'imbibe trop et se ramollisse. Il n'y a pas à dire, la technologie allemande c'est beau.

L'emballage nous donne quelques informations supplémentaires. Tout d'abord, la portion représente 140 kcal et fait 40g, décomposés en 12g de glucides (dont 4g de sucre soit 4% des AJR) et 13% des AJR en sodium. Histoire de rendre le tout sain, on trouve aussi 8g de lipides dont la moitié saturée, représentant respectivement 11% et 20% des AJR. Devant ce déluge de sel et de gras, on pourra se consoler en remarquant que Bifi Carazza a décroché la médaille d'argent DLG (société de l'agriculture allemande) de 2009. Si ça ne vous suffit pas car la plupart des autres produits de la gamme Bifi ont eu l'or, sachez que l'emballage a une ouverture facile. On se console comme on peu.

Pas pizza, seulement Klav-kalash.

Le Carazza se présente sous la forme d'un petit pain rond de 7cm de diamètre. De loin, le pain semble bon, mais une fois coupé en deux pour les besoins de la photo, on prend peur. Le salami parait dur et gras et le fromage semble congelé et ne donne pas envie. Ce n'est vraiment pas engageant, mais quelque chose rattrape très bien le coup : l'odeur. Celle-ci est vraiment très bonne, elle sent principalement la sauce tomate et l'origan. On se dit alors que ça ne doit pas être mauvais. Décomposons un peu les différentes couches.

Le pain, tout d'abord, est assez réussi, il est meilleur que dans le Bifi Roll. Il n'a pas pris l'humidité de la sauce mais est quand même délicatement parfumé par les herbes de cette dernière.

Le salami, comme on l'avait deviné, est un peu dur et plutôt sec, cependant cette viande n'est ni trop grasse ni trop salée. Elle n'a pas un gout très prononcé et n'apporte pas grande chose si ce n'est une petite note fumée.

Le fromage est assez étrange, il a un petit peu le goût de l'édam bas de gamme, est très salé et franchement oubliable. C'est incontestablement le maillon faible de ce snack. Certes Bifi est spécialisé dans la saucisse mais ils auraient pu faire un petit effort de ce coté là.

Dit comme ça, cette simili pizza n'a pas l'air d'avoir grand chose pour elle. On pourrait le croire effectivement, mais c'est sans compter sur la dernière couche : la sauce pizza. C'est LA bonne surprise de cet encas. Elle est très bonne, avec un bon goût de tomate qui se marie parfaitement à la généreuse quantité d'herbes aromatiques présentes. Elle est plutôt épaisse ce qui lui permet de rester bien en place pendant qu'on la mange, épargnant ainsi nos pantalons.

La qualité inégale des couches disparaît quand on croque dans l'ensemble : c'est bon, tout simplement, et pas trop gras contrairement à ce que l'on pourrait penser. La tomate et les herbes sont vraiment le point fort et le pain va très bien avec. Par contre le fromage est vraiment anecdotique et mériterait d'être retiré de la recette.

 

Verdict :

Giraf

 ★★★★☆ 

Bifi sort de ses habitudes pour nous proposer un snack bien sympathique malgré quelques petits défauts.

La sauce tomate et le pain sont vraiment appréciables et on se dit une fois fini que ça a un goût de trop peu, ce qui lui vaut bien un jambon d'or.

 

PS : Trouvable partout en Allemagne en supermarché et même dans les distributeurs du métro, en version classique 40g et plus rarement en version XXL de 75g. Trouvable aussi sur World of Sweets au prix de 0€79 l'unité.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

5 réponses à “Pizza de poche”

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité