Chumarin

Pour toute personne saine d'esprit comme moi, Chum Bucket évoque le restaurant de Plankton, le méchant de Bob l'Éponge. Mais qui sait en fait ce que veut dire ce nom ? Bucket veut dire seau, mais Chum ? Ce terme signifie copain/pote en anglais, de même qu'en québécois, par exemple : "Elle est sortie avec sa gang de chums hier", il a aussi un autre sens conférant un caractère polygame à cette phrase. Un seau d'amis ? Des amis sots ? En fait dans notre cas cela a une toute autre signification bien plus intéressante : chum définit les parties inutilisables des poissons, à savoir tête, viscères, arêtes ... Chum Bucket est donc un seau de vieilles dégueulasseries de poisson. Du coup on comprend mieux que Plankton n'ait aucun client avec un restaurant nommé ainsi ...

Têtes et viscères de poisson, voilà un met appétissant. Une chance pour nous, Accoutrements propose dans sa gamme de joyeuses bizarreries des pastilles ayant cette saveur, sobrement appelées Chum Bucket. Quand on voit un produit comme ça, on se doute que ça va être mauvais mais on est quand même irrésistiblement attiré.

Happy Pranksgiving

Moustache de poisson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La boite est très sympathique. Sa forme cylindrique nous change des boites rondes et plates habituelles. Par contre c'est un peu moins pratique de l'avoir toujours dans sa poche pour un réflexe fraîcheur poisson avant une réunion importante. Une fois n'est pas coutume, aucune présence du mot "mint" (menthe) n'est a déplorer, les seuls textes présents sont le nom du produit (Chum Bucket), une étoile mentionnant le parfum, le poids (22g), le nombre de pastilles (environ 120).

En ce moment je ressens un très violent désir de me remplir l'estomac avec des têtes de poisson

 

 

La boite est décorée d'un dessin style cartoon d'un seau d'immondices poissonnières. Le seau déborde formant une flaque de digne d'un vomi de baleine. Des objets insolites comme une moustache, un volant de badminton et un bandeau de pirate viennent la garnir et indiquent sans doute que la baleine a avalé un pirate moustachu en train de jouer au badminton. Ce style cartoon est très réussi et donne envie malgré ce qu'il représente.

 

 

Vert douteux

 

 

Les ingrédients sont peu détaillés, on apprend tout juste que le sucre utilisé est du dextrose  et que ce produit contient de l’arôme artificiel de fruit de mer. Un peu décevant, ce n'est même pas des vrais restes de vieux poissons. Les pastilles sont d'un vert douteux, tout à l'air pensé pour rebuter le goûteur potentiel. Manque de pot pour eux, on ne se dégonfle pas aussi facilement et le graphisme est plaisant.

 

 

A peine a-t-on ouvert la boite qu'une odeur plutôt repoussante s'en dégage. Je n'irais pas jusqu’à dire qu'on reconnait le poisson mais on est indubitablement en présence d'une odeur de quelque chose de pas frais. On se dit de suite que si le goût se rapproche de l'odeur, ce produit est bien parti pour être immonde. Une fois mis en bouche, la sensation est bizarre, on est loin de l'odeur. Le gout est plutôt sucré dans l'ensemble, rappelant quelque chose de connu mais quoi ? Après une longue réflexion, j'ai retrouvé, le goût est celui des dragées de mariages, celles aux amandes. Mais "rassurez"-vous, il n'y a pas que ça. Il y a en plus un arrière goût assez présent, qui a dégouté plusieurs des collègues qui ont eu le courage de tester. Ce goût est dur à définir, il fait penser à la crasse qu'on peut sentir dans certains couloirs de métro mélangé avec des égouts. Il ne fait que très vaguement penser à du poisson, même pourri. Ce produit est vraiment étrange, il oscille à la frontière entre le mangeable voir agréable, si on aime le sucre et les amandes, et le répugnant. Il m'a soulevé un peu le cœur, je pense qu'avec une dizaine de pastille à la suite j'aurais été capable de faire une flaque comme dessinée sur la boite, d'autant plus que l'arrière goût perdure assez longtemps. Un des gros problèmes de ce genre de pastilles est la présence de sucre, qui corrompt le goût qu'elles sont censés avoir, produisant un résultat capable de vous pousser d'un extrême à l'autre dans l'échelle d’appréciation du goût.

 

Verdict :

Giraf

 ★½☆☆☆ 

Ce produit mi figue mi raisin pourri est très étrange. Ni franchement bon, ni franchement mauvais la plupart du temps, il donne parfois la nausée et un sentiment étrange de malaise. Il gagne donc le droit d’accéder à la sacro sainte catégorie dégout et des couleurs.

Heureusement pour lui j'ai bien pire en réserve, ce qui lui permet de se voir attribuer un demi jambon de bronze.

Kephy

 ★★☆☆☆ 

Ces pastilles sont effectivement étranges, elles oscillent entre une saveur sucrée presque agréable, et un fond de goût difficile à décrire, peut-être effectivement du moisi. Le résultat est donc par moment acceptable, mais parfois vomitif. Il est d'ailleurs étonnant qu'un goût si léger arrive à donner des haut-le-cœurs. Cette performance lui vaudra d'ailleurs d'obtenir un jambon de bronze, là où il n'aurait obtenu qu'un demi jambon de bronze en se limitant au goût.

 

PS : Trouvables chez Cybercandy, 3£50 la boite de 22g (environ 120 pastilles).

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

8 réponses à “Chumarin”

Laisser un commentaire

Catégories
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité