Le venin du mamba noir

C'est la fin des vacances. Après trois articles façon panorama gastronomique, retour aux affaires et aux tests dans la joie et la bonne humeur, enfin pas pour nos papilles qui crient d'avance. Et elles ont bien raison de craindre le pire, car pour commencer voici la sauce piquante Black Mamba, ou comment génocider ces ingrates de cellules gustatives sous couvert de se réchauffer après cet été pourri. La Black Mamba, en français : mamba noir, porte le nom d'un serpent, qui s'il n'est pas le plus mortel, est quand même plus évocateur et effrayant que le mocassin d'eau. Quelle idée d'avoir un nom de chaussure aussi ...

a.k.a Beatrix Kiddo

a.k.a Beatrix Kiddo

 

Ce n'est pas une mais deux sauces auxquelles nous avons survécu. La Black Mamba classique, une sauce au chocolate habanero titrant 2,5 millions d'unités scoville et faisant passer le tabasco pour un rafraichissant soda glacé et son édition spéciale 15ème anniversaire encore plus forte, enrichie en Oléorésine à 6 millions de SHU. Ces sauces sont parmi ce qui se fait de plus fort chez CaJohns. Seule la Mongoose (mangouste), prédateur naturel des serpents terrasse la Black Mamba du haut de ses 3 millions de SHU.

Dendroaspis polylepis

Dendroaspis polylepis

 

Ces sauces visent clairement une partie infime de la population, celle des mordus de sensations extrêmes, un peu fêlés sur le bord. C'est donc coiffés de nos plus beaux entonnoirs que nous avons goûté ces bêtes, plus fortes que tous ce que l'on a testé pour l'instant sur Eat'n Waf. Rien que leur couleur incite à la prudence, voire carrément à s'enfuir en courant. La Black Mamba n'est même plus rouge piment, elle tire sérieusement sur le marron et le noir. Un aspect vomi fièvre hémorragique qui a plus sa place dans un film de zombie ou en Guinée que sur une étagère de cuisine. Paradoxalement l'édition spéciale, plus rouge vif, parait plus douce.

Les blancs ne savent pas piquer

Les blancs ne savent pas piquer

 

Si la couleur n'a pas suffi à décourager, l'odeur bien lourde et violente de la Black Mamba est un autre avertissement. Si malgré tout cette sauce finit dans la bouche, attendez-vous à souffrir.  Cette sauce épaisse attaque directement à peine en bouche, c'est horriblement fort, et pourtant ce n'est que le début. L'intensité augmente encore une bonne trentaine de secondes, au point que l'estomac essaie de tout expulser à peine avalé. Heureusement la force se calme légérement et retombe sur une intense brulure latente des lèvres et de la langue. Pas au point de tourner en rond et proférant des insanités mais pas loin quand même. Une sensation qui s'installe une bonne vingtaine de minutes, transformant la moindre gorgée d'eau en magma bouillant. Le goût est lui limité, mais ce n'est pas vraiment ce qui motive ce genre de sauce. Et puis en compensation on a le droit à une énorme dose d'endorphine, ralentissant presque le temps et faisant scintiller les couleurs.

Les Black Mamba en ont de plus grosses

Les Black Mamba en ont de plus grosses

 

L'édition spéciale semble elle en tous points plus digeste : une odeur moins lourde, une couleur plus engageante et a même un petit côté sucré. Mais en bon serpent qui se respecte, tous ceci n'est que tromperie. Sa mission ? Apporter la douleur et rien d'autre. Mission dont elle s’acquitte haut la main. Elle ressemble beaucoup à la classique, même courbe d'action, même effets, aussi peu de goût, mais la force est démultipliée. Plus fulgurante, plus brûlante, plus violente, plus durable, un concentré d'horreur en bouteille. De quoi envier les participants du Ice Bucket Challenge. Du venin du mamba noir aurait sûrement été une plus douce torture. Le pire, c'est que ce n'est même pas le plus fort dans notre réserve de produits à tester ...

 

Ces sauces sont tellement fortes et peu goûtues que leur intérêt culinaire est limité. Cependant elles peuvent servir à corser des plats sans trop dénaturer le goût, ou les rendre immangeables au choix.

Rougail of the death

Rougail of the death

 

 

Verdict :

Giraf

 ★★★☆☆ 

Ce n'est un secret pour personne, j'aime les sauces fortes et les entonnoirs. Pourtant ces sauces m'ont moins enthousiasmé que d'habitude. La force est largement au rendez-vous, j'en ai encore le front en sueur, mais elles manquent cruellement de goût. Une signature gustative trop plate qui leur interdira les bonnes notes pour les plonger dans le très moyen jambon d'argent.

Kephy

 ★★½☆☆ 

Mon entonnoir (et juste mon entonnoir !) ayant un plus petit diamètre que celui de Giraf, j'ingère ces sauces en quantités plus modestes, au point de les trouver moins fortes que ce à quoi je m'attendais. Ces deux horreurs attaquent instantanément et sont très fortes, mais la brûlure ne s'intensifie pas avec le temps, nous laissant donc souffrir sans nous achever. N'ayant pas vraiment de goût et n'étant pas les plus fortes que nous soyons amenés à goûter, ces sauces ne méritent donc qu'un demi jambon d'argent.

 

PS : Trouvables chez Hot-Headz, 7£99 (environ 10€) les 60mL de Black Mamba et 19£99 (environ 25€) les 100mL de Black Mamba édition spéciale. Trouvables aussi sur Sauce-Piquante.fr. Recevez 5€ de réduction en vous inscrivant sur Sauce-Piquante.fr en indiquant le code parrain 23421702 ou en utilisant ce lien.

FacebookTwitterGoogle+Email

Pour un article lu, trois offerts :

Une réponse à “Le venin du mamba noir”

Laisser un commentaire

Catégories
Au hasard
Archives
  • 2018 (17)
  • 2017 (26)
  • 2016 (36)
  • 2015 (37)
  • 2014 (58)
  • 2013 (73)
  • 2012 (81)
  • 2011 (129)
Publicité